Emballage

Éco-Emballage élève le tarif du Point Vert en 2012

La contribution au poids est variable, et se base sur les coûts de collecte et de recyclage propres à chaque matériau. Pour la première fois, briques alimentaires et carton sont dissociés dans le nouveau dispositif.

Le Point Vert, barème contributif des industriels au recyclage des emballages ménagers, n’avait pas été revu depuis 2000. Validé par le conseil d’administration d’Eco-Emballages en mai dernier, un nouveau dispositif entrera en vigueur au 1er janvier 2012. « Le nouveau tarif Point Vert va assurer la montée en puissance du recyclage des emballages ménagers, et améliorer le contrôle, l’équité et la prévention », explique Eric Brac de la Perrière, directeur général d'Eco-Emballages. Il doit avant tout permettre d’atteindre l’objectif des 75% d’emballages recyclés, initialement fixé par le Grenelle de l’environnement en 2012, qui sera vraisemblablement atteint en 2014 ou 2015.

Contribution à l’unité et au poids

Le nouveau calcul du tarif Point Vert se fera en additionnant la contribution à l’unité et la contribution au poids, auquel s'ajoutera un système de bonus malus. La contribution par unité est divisée en trois catégories : 0,01 ct€ pour un emballage jusqu'à 0,5 gramme, 0,04 ct€ entre 0,5 gramme et 1 gramme, et 0,077 ct€ au-delà du gramme. Le dispositif comporte une autre évolution majeure : les bouchons et opercules sont considérés comme des emballages à part entière. Jusque là comptabilisé comme une unité, une bouteille et son bouchon, ou encore un pot de yaourt et son opercule, compteront désormais pour deux unités.

La contribution au poids est variable en fonction du matériau. Elle se base sur les coûts nets de collecte et de recyclage de chaque matériau, et leur participation à l’objectif de recyclage. De quoi expliquer le bond de 150% par rapport à 2011 de la contribution du verre, alors que celle de l’acier augmentera seulement de 4,5%. « Plus l’emballage est lourd, plus le tarif sera élevé » résume Eric Brac de la Perrière.

Augmentation moyenne de 10%

Un système de bonus malus vise à inciter les entreprises à éco-concevoir leurs emballages et à participer à la sensibilisation des consommateurs au geste de tri. Un bonus de 2% sera accordé aux entreprises qui mettent en œuvre des actions de prévention (éco-conception) ou dont les emballages portent des messages de sensibilisation au tri. À contrario, une majoration de 50% sera appliquée pour les emballages figurant sur la liste des « emballages perturbateurs ». Elle sera de 100% pour les emballages non valorisables (en PVC ou en grès par exemple), ou dans les consignes de tri, mais sans filière de recyclage. « Ce nouveau système permettre de réduire le poids et le nombre des emballages utilisés par les industriels », indique Eric Brac de la Perrière. L'évolution de la contribution pour 2012 dépendra pour chaque entreprise, mais globalement l'ensemble de la note augmentera de l’ordre de 10% pour les industriels. Si la France sera le seul pays européen à avoir un tarif à l’unité, le pdg d’Eco-Emballages assure que les industriels Français « continueront de payer moins cher que leurs homologies européens ».

Source : Eco-Emballages

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois