En sa qualité d'ingénieur packaging, le gérant d'AtoutPack Ingénierie accompagne les entreprises dans le domaine de l'éco-conception, du développemnt pack, de l'optimisation, des achats, de la performance industrielle et du graphisme. Sollicité par GL Events, il a coordonné la conception et la mise en place de la Re-Use Packaging line du salon Prod&Pack visible du 16 au 18 novembre à Lyon.

Emballages

Le salon Prod&Pack simule pour la première fois une ligne de réemploi

15 novembre 2021 - Karine Ermenier

Organisé par GL Events, le salon Prod&Pack ouvrira ses portes le mardi 16 novembre à Eurexpo Lyon pour trois jours. Parmi les animations phares figure la Re-use Packaging Line. Cette ligne, qui implique 16 fournisseurs, met en musique toutes les étapes de la boucle de réemploi d’emballages alimentaires. Une première ! Le point avec son chef d’orchestre Christophe Miny.

 

La prochaine décennie sera sans conteste celle de l’économie circulaire et du réemploi, des emballages notamment. De nombreuses initiatives ont déjà vu le jour ces deux dernières années dans le domaine, comme en témoigne l’enquête de Process Alimentaire parue ce mois-ci (à découvrir ici). En la matière, les nouvelles obligations réglementaires de la loi Agec ne vont qu’accélérer le phénomène. Imprégné des tendances de marché, le salon Prod&Pack organisé par GL Events du 16 au 18 novembre prochain à Lyon, en témoignera. D’abord à travers l’organisation sur le salon, le mercredi matin, des premières Assises nationales du réemploi. Mais également via la mise en place d’une ligne complète de réemploi, la Re-Use Packaging Line, dont quasiment toutes les étapes seront en fonctionnement. Une première sur un salon !

Pour orchestrer cette ligne et coordonner les 16 fournisseurs qui l’équipent, GL Events a fait appel à Christophe Miny, ingénieur packaging et gérant d’AtoutPackaging Ingénierie à Saulon-la-Chapelle (21). Il nous fait découvrir, en avant-première, le fonctionnement de cette ligne de démonstration.

 

Quelles sont les différentes étapes de cette boucle du réemploi mise en place de façon très compacte sur le salon ?

Christophe Miny : Nous partons d’emballages réemployables vides en plastique, en verre et en inox. Les deux premiers sont refermés par un couvercle. Le troisième passe dans une flowpackeuse puis dans un tunnel de rétraction. Les contenants aptes au contact alimentaire sont remplis avec un sachet de biscuits. Il s’agit de biscuits fabriqués par Waste Me Up à partir de co-produits alimentaires, toujours dans l’idée du « recyclage » ou de la valorisation d’une ressource. Comme il s’agit d’une ligne de démonstration, nous avons emballé les produits qui seront remis à la fin aux visiteurs, pour des raisons d’hygiène et de sécurité. En situation réelle, le produit alimentaire aurait été nu évidemment. Les barquettes remplies sont mises en caisse, palettisées et transportées vers un point de don où le visiteur peut se servir du paquet de biscuits. Puis il replace l’emballage vide sur un présentoir de collecte. Il est convoyé vers deux laveuses, une pour les bacs, l’autre pour les contenants. Il s’agit de vraies machines mais elles vont simuler le cycle de nettoyage. Un système de transport ramène les bacs à un endroit et les emballages vides à un autre. Et le cycle peut reprendre.

Qui sont les partenaires impliqués dans cette boucle ?

C.M : Pour la partie consommables, Knauf Industries fournit les barquettes en plastique avec couvercles, Uzaje les contenants en verre avec couvercle ainsi que les présentoirs de collecte, Berny les emballages en inox et Pandobac les caisses de transport. Hellomoov assure les étapes de convoyage ainsi que le poste de travail de fermeture des boîtes. Ulma Packaging fournit la machine flowpack pour les barquettes en inox, suivie du tunnel de rétraction Sealed Air qui plaque le film contre les barquettes. Les barquettes sont ensuite regroupées dans une encaisseuse Jyga et les caisses sont étiquetées par une machine Domino avant d’être palettisées par Promalyon. On compte aussi Pic Pac Systems et Still pour le transfert de palettes par AGV et les robots mobiles. Tandis qu’Eternity installe deux unités de lavage, dont une faisant presque 8 m de long !

Quels sont les objectifs de cette ligne ?

C.M : L’idée est de montrer que techniquement nous sommes tout à fait capables aujourd’hui de mettre en place des boucles de réemploi d’emballages alimentaires qui peuvent ensuite repasser sur des lignes de process. Évidemment, les étapes de transport et de contrôle n’ont pas pu être matérialisées. Mais l’idée est là. Reste ensuite plein de problématiques à gérer, la logistique, la traçabilité, le retour par les consommateurs, etc. C’est un schéma qui va bouleverser les organisations et comme tout nouveau modèle, il ne sera pas optimisé dès le départ. Mais il y a déjà des applications pour lesquelles le réemploi peut être plus facilement appliqué comme en CHR, en restauration collective par exemple. Là où les boucles de distribution existent déjà.  

 

 

ELO Energies

ELO ENERGIES : 
PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE & DÉCARBONATION

● 6 webinaires animés par notre rédaction et par nos partenaires
● Posez vos questions auxquelles les intervenants répondront en direct
● Profitez d'un accès libre et gratuit sur simple inscription en ligne