Viande de cheval : les derniers résultats des tests ADN

Suite à la surveillance renforcée des filières viande et poisson, la DGCCRF a effectué des prélèvements ADN sur des plats préparés à base de viande, hors du premier circuit litigieux identifié (Draap/Spanghero).

A date, 138 prélèvements ont été opérés. Les résultats des analyses seront séquencés sur plusieurs semaines car les prélèvements ont eux-mêmes été séquencés. Sur les 10 premiers prélèvements, 9 se sont avérés positifs au cheval. Il s’agissait de plats provenant des circuits de commercialisation litigieux identifiés et retirés du marché entre-temps. mardi soir, 40 nouveaux résultats d’analyse de prélèvements ont été obtenus. Il s’agit des résultats d’analyse de prélèvements opérés dans la distribution après les retraits volontaires opérés par les acteurs sur les produits issus de ces circuits. Sur ces 40 résultats, seuls 2 sont positifs à la viande de cheval, ce qui permet de penser qu’aujourd’hui l’essentiel des circuits a été identifié, a indiqué le ministre Benoît Hamon.

Plusieurs réseaux frauduleux

Le ministre a expliqué que le plan d’action gouvernemental a mis en lumière plusieurs réseaux frauduleux, en plus du circuit DRAAP/Spanghero identifié dans un premier temps, et dont la justice a été saisie. L’enquête sur ces nouveaux circuits (deux circuits liés à DRAAP, « Gel’Alpes » et « Covi », et deux autres circuits dans lesquels la viande de cheval est détectée en faible quantité, « Schypke/Davigel ») se poursuit. D’après les premiers éléments constatés, il n’apparaît pas que des éléments intentionnels puissent être retenus. Tous les produits concernés ont été retirés de la distribution, ainsi que les services de la DGCCRF ont pu le constater, avec près de 4100 établissements visités. Restaurer la confiance du consommateur dans son alimentation à la suite du « Horsegate »

Le gouvernement français demande une indication de l’origine des viandes

Benoît HAMON a déclaré hier aux commissaires et députés européens avec lesquels il s’est entretenu en marge de la réunion plénière du Parlement européen hier à Strasbourg : « Il appartient désormais à la Commission européenne de prendre ses responsabilités, en présentant un texte législatif qui réponde à l’exigence des consommateurs de disposer d’une meilleure information sur l’origine des viandes dans les plats préparés ».

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois