85 % des acheteurs de vrac ont repris leurs habitudes après le confinement

6 juillet 2020 - Karine Ermenier

Même si un acheteur de produits en vrac sur deux a arrêté ce mode de consommation pendant le confinement, le vrac n’est pas définitivement boudé. Il a seulement été « mis en pause ». C’est ce que tente de démontrer une étude réalisée par Nielsen pour Réseau Vrac.

40 % des consommateurs français se déclaraient acheteurs de vrac avant le confinement. Pendant cette période, 22 % des foyers ont continué à en acheter, soit seulement un sur deux. Ce mode de distribution a donc souffert de la crise. Pour quelles raisons ? Certains détracteurs ont très tôt avancé que le vrac ne permettait pas d’assurer les protections sanitaires nécessaires à la lutte contre le virus. Des arguments largement balayés par les fournisseurs de produits en vrac qui garantissent l’hygiène de leurs solutions de distribution de produits en magasins.

L’étude menée par Nielsen pour Réseau Vrac entre le 7 et le 10 mai 2020 révèle que cet arrêt n’est, en fait, pas majoritairement lié à la crainte du virus mais à des difficultés d’accès à l’offre rencontrées pendant le confinement : pour 42 % d’entre eux, leur magasin était inaccessible ou le rayon vrac de leur magasin était fermé. 29 % ont dû fréquenter d’autres points de vente, plus proches. Reste que 21 % ont tout de même affirmé ne pas avoir confiance dans le vrac pendant la crise du Covid-19 et 13 % ont estimé que ce n’était pas suffisamment hygiénique.

C’est pourquoi, 85 % de la clientèle du vrac a affirmé qu’elle en achèterait à nouveau après le confinement. Soit une perte de 15 % de consommateurs au passage, probablement de façon temporaire. Pour Catherine Urvoy, experte Consommateurs chez Nielsen, "le confinement n'aura été qu'une période entre parenthèses pour le vrac, réelle alternative pour éviter les emballages".

"La confiance des consommateurs dans le vrac ne s’est pas tarie avec la crise, commente, pour sa part, Céline Rennesson, co-fondatrice de Réseau Vrac. S’ils s'en sont détournés, ce fut principalement pour des raisons logistiques. Ils pensent déjà à revenir dans les magasins et la filière est prête pour les accueillir à nouveau". Ce qui reste en cohérence avec la première résolution qu’avaient formulée les Français pour 2020 : acheter davantage de produits limitant les emballages. Engagement qui arrivait juste avant : « faire davantage de sport » !

 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois