Sur ce multi-pack, toute l'ingéniosité et la difficulté du projet repose sur la tenue des tubes en carton entre eux. Ils sont notamment maintenus par une étiquette autocollante positionnée en facing et au dos du pack. Les tubes, ensuite, se détachent un à un en tirant dessus.

Emballages

Les Smarties de Nestlé craquent pour le papier

28 janvier 2021 - Karine Ermenier

Après deux années de R&D, Nestlé bascule tous les emballages de sa marque Smarties à travers le monde sur du papier ou du carton, alors que 90 % de ses packs étaient au préalable en plastique. Explications.

« Je suis en papier, triez-moi ». Désormais, tous les emballages de confiserie Smarties du groupe Nestlé sont emballés dans des sachets ou étuis fabriqués soit en carton, soit en papier enduit. Dans la droite ligne de la stratégie emballage du groupe qui consiste à donner la priorité au recyclage et au réemploi (Lire Janvier 2021 «Nestlé détaille sa feuille de route »). Au lieu d’un traditionnel papier laminé avec du plastique, la multinationale utilise un revêtement fonctionnel à base d’eau dont la composition reste la propriété de son fournisseur. « Il ne perturbe pas le recyclage dans la filière papiers-cartons tout en fournissant les propriétés barrières essentielles », assure Bruce Funnell, directeur packaging de la division Confectionary de Nestlé.

10 millions d'euros investis sur le site de Hambourg

Sur les 276 millions de packs vendus chaque année par la marque, 250 millions étaient en plastique et vont désormais basculer sur ces matériaux certifiés FSC ou PEFC. Les chaînes de fabrication des 14 usines fabriquant des Smarties à travers le monde vont subir des modifications. A commencer par la plus importante, celle de Hambourg en Allemagne (20 000 t de Smarties/an), dans laquelle 10 millions d'euros ont été investis pour installer la nouvelle ligne de production qui, selon Nestlé, n’a pas de gros impact sur les cadences qui approchent les 300 packs par minute sur l’ensachage. Deux années de R&D ont, malgré tout, été nécessaires car les réglages de temps et températures sur les lignes doivent être précis pour assurer une bonne soudure des sachets. Mais le grand défi a aussi été de garantir la résistance de ces nouveaux emballages dont la forme a été revue justement pour s’adapter au papier : « Il ne vous échappe pas que le papier est beaucoup plus fragile que le plastique, commente Bruce Funnel, directeur packaging de la division Confectionary de Nestlé. Il a fallu s’assurer qu’il passe sur nos lignes tout automatiques. »

Des surcoûts assumés par Nestlé

« L’élaboration de ces nouveaux packagings recyclables a mobilisé plus de cent experts du groupe et a fait l’objet de nombreux tests, afin de garantir une conservation optimale des produits pendant leur transport comme pendant leur stockage », précise Alexander von Maillot, responsable de la division confiserie chez Nestlé. Ce changement n’a d’ailleurs aucun impact sur la durée de vie des produits. Et ne devrait pas, non plus, en avoir sur leur prix. « Les nouveaux matériaux sont plus chers, convient Bruce Funnel. Mais notre intention n'est pas de répercuter le coût de ces changements sur les consommateurs. Nous sommes convaincus que les changements d'emballage visent à faire ce qu'il faut pour façonner l'avenir à long terme de Nestlé. Et qu’avec l’augmentation des volumes, nous réaliserons des économies d’échelle. »

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois