Emballages

Réemploi : les barquettes consignées Berny passent le test avec mention chez U

12 juillet 2021 - Karine Ermenier

Testées depuis mars 2021 à l’Hyper U de la Chapelle-sur-Erdre (44), les barquettes consignées de la start-up Berny ont rencontré un vif succès aux rayons boucherie et poissonnerie. Un galop d’essai qui préfigure un plus large déploiement dès la rentrée.  

« Le réemploi des emballages, c'est possible ! Et c’est même attendu par les consommateurs. » Ce qui était jusqu’alors pour la start-up Berny une conviction à l’origine de sa création en janvier 2020, repose désormais sur des faits. Un premier test de barquettes consignées Berny en inox a démarré à l’Hyper U de la Chapelle-sur-Erdre en mars 2021 aux rayons viande et poisson libre-service. Et le succès est au rendez-vous. En deux mois, 940 barquettes consignées ont été vendues, soit six fois plus que ce qui avait été prévu au départ. « Le principe est simple, explique Claire Nijdam, co-fondatrice de la start-up nantaise Berny. Les clients choisissent leurs produits dans des contenants en inox, payent la consigne d’un euro à la caisse et se font rembourser en magasin après avoir retourné leurs contenants. » L’équipe Berny a pu observer la progression du taux de retour des contenants qui atteint les 65 % à la fin du test, alors même que les chalands n’ont, dans un premier temps, reçu aucune explication sur la démarche en magasin. “Ce taux de retour est plus élevé que celui espéré, étant donné que les consommateurs n’avaient pas vu de consigne depuis plus de 30 ans et que Berny a conduit une démarche d’observation volontairement passive, sans pédagogie ni sensibilisation à l’égard de ce concept. On a d’ailleurs vu ce taux de retour dépasser les 80 % lorsque le concept était expliqué par un animateur », souligne Claire Nijdam.

 

Pour l'Hyper U de la Chapelle-sur-Erdre, l’emballage réemployable n’entraîne aucune contrainte spécifique puisque le service est géré intégralement par Berny : récupération des contenants, lavage, retour au point de vente, etc. «Le contenant en inox est résistant, apte au contact alimentaire, recyclable en fin de vie et traçable grâce au QR-Code gravé dans l’inox", souligne Olivier de Kerimel, co-fondateur de la start-up Berny fondée en janvier 2020.

Pour l'Hyper U de la Chapelle-sur-Erdre, l’emballage réemployable n’entraîne aucune contrainte spécifique puisque le service est géré intégralement par Berny : récupération des contenants, lavage, retour au point de vente, etc. «Le contenant en inox est résistant, apte au contact alimentaire, recyclable en fin de vie et traçable grâce au QR-Code gravé dans l’inox", souligne Olivier de Kerimel, co-fondateur de la start-up Berny fondée en janvier 2020.

L’hypermarché, premier client de la start-up, se montre aussi plus qu’emballé ! Il souhaite proposer ce service à long terme. « Les consommateurs trouvent cette initiative écologique absolument nécessaire et pensent devenir utilisateurs réguliers si ce système s’installe à long terme. Certains affirment même choisir leur viande en fonction de ce qui est proposé en contenant consigné », a relevé l’équipe de Berny pendant ce test. Mieux encore « des clients viennent chez nous car nous proposons cette alternative aux emballages à usage unique. Et j’ai reçu plusieurs lettres de clients saluant cette initiative écologique », avance Alexandre Collot, directeur produits frais de l’Hyper U de la Chapelle-sur-Erdre.

La démarche permettrait donc de recruter. Peu surprenant qu’une dizaine d’autres magasins se soient montrés intéressés. La start-up programme un second pilote pour la rentrée 2021. Objectif : déployer sa solution dans une dizaine de magasins de la région nantaise, en parallèle d’un pilote dans deux points de vente parisiens.

Pour le supermarché, l’emballage réemployable n’entraîne aucune contrainte spécifique puisque le service est géré intégralement par Berny : récupération des contenants, lavage, retour au point de vente, etc. «Le contenant en inox est résistant, apte au contact alimentaire, recyclable en fin de vie et traçable grâce au QR-Code gravé dans l’inox, souligne Olivier de Kerimel, co-fondateur. A l’issue de ces deux mois de test, 16 kg de plastique ont été évités par l’utilisation de nos contenants. » La société Berny fait également partie de FuturaGrow (ex Miam), accélérateur de la foodtech. Cela ouvre la voie à une collaboration rapprochée avec des industriels, tels que Brioches Fonteneau, Sodebo, Petitgas et le groupe Routhiau, pour avancer avec les équipes R&D sur un prototype qui passerait sur une ligne industrielle.

Venez découvrir le déroulement et les premières avancées de ce projet lors de la troisième édition des Ateliers de l’Emballage, un événement organisé par Process Alimentaire le 12 octobre prochain à Rennes.

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois