Crise bovine : une revalorisation pour sortir de la crise

22 juin 2015 - P.C.

Lors d’une réunion qui s’est tenue au Ministère de l’Agriculture le 17 juin, les acteurs de la filière de la viande bovine, distributeurs et abatteurs compris, ont confirmé leur engagement pour une remontée progressive des cours de bovins abattus. Une revalorisation du prix payé au producteur de 5c€/kg de carcasse est enclenchée, avec le principe d’une réitération de cette hausse chaque semaine jusqu’à atteindre le prix de revient estimé par la FNB (Fédération nationale bovine) à 4,5 €/kg (contre un achat actuel à 3,7 €/kg).

Maintenir un élevage bovin en France économiquement durable

« Nous tenons à saluer le rétablissement du dialogue entre les opérateurs de la filière et l’identification d’une feuille de route précise. Le axes de travail définis lors de ces échanges s’attaquent non seulement à une revalorisation du prix mais doivent permettre à chaque opérateur de la filière de se redresser et ainsi de maintenir un élevage bovin en France économiquement durable », a commenté Dominique Langlois, président d’Interbev, l’interprofession Bétail & Viande, et également président de SVA-Jean Rozé.

De son côté, Coop de France a réagi en confirmant son engagement à répercuter intégralement aux éleveurs les hausses de prix pratiquées par la grande distribution et la restauration hors domicile.

Parallèlement, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a enclenché une série de mesures d’urgence visant à soulager la trésorerie des éleveurs. Le 12 mai dernier, une première enveloppe de 3,5 millions d’euros de crédits avait été affectée à la prise en charge des cotisations sociales des éleveurs. Un fonds d’allégement des charges avait aussi été prévu à hauteur de 2 millions d’euros. Mercredi dernier, l’enveloppe MSA pour la prise en charge des cotisations sociales a été doublée à 7 millions d’euros.

A moyen terme, une démarche d'amélioration qualitative

Voilà pour le court terme. Pour le moyen terme, des propositions ont été faites autour de la transparence, que ce soit sur les modalités de fixation du prix des carcasses (dispositif de présentation-pesée-classement des carcasses) ou en proposant un indicateur relatif au steak haché.

Sur la question des promotions, le ministre a demandé à l’interprofession de faire des propositions au plus tard le 1er septembre.

Une démarche d’amélioration qualitative est aussi enclenchée avec l’élaboration de cahiers des charges sur lesquels se fonderont une nouvelle segmentation de l’offre, plus en adéquation avec les attentes des consommateurs.

Cette démarche est associée à la volonté de généraliser l’utilisation du logo « Viande bovine française », y compris aux produits transformés.

Enfin pour développer les marchés à l’export, une plate-forme collective va être mise en place.

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois