Energie renouvelable

Hydrogène décarboné : la dynamique industrielle est enclenchée

11 octobre 2021 - Stéphanie PERRAUT

Le Conseil national de l’hydrogène s’est réuni pour la troisième fois à Paris le 30 septembre 2021. Point d’étape sur l’exécution de la stratégie nationale de développement de l’hydrogène décarboné.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des finances et de la relance, a réuni le 30 septembre 2021 à Bercy les membres du Conseil national de l’hydrogène (CNH) pour dresser un bilan de l’exécution de la stratégie nationale de développement de l’hydrogène décarboné. Annoncée par le gouvernement le 8 septembre 2020, cette stratégie prévoit 7 milliards d’euros de soutien public d'ici 2030 pour assurer la souveraineté technologique française et pour déployer une capacité de 6,5 GW d’électrolyseurs sur le territoire national. Tout ceci avec l’objectif de décarboner la mobilité lourde (avions, trains, poids lourds, bus, véhicules utilitaires...) ainsi que l’industrie (aciéries, cimenteries, raffineries…).

Une accélération des investissements

Après plus d’un an de déploiement de la stratégie nationale, le CNH et les services de l’Etat ont constaté une forte dynamique industrielle. D’ici la fin de l’année, près de 2 milliards d’euros de subventions seront engagés ou en passe de l’être. Ils permettront de soutenir au total plus d’une centaine de projets.
Pour l’heure, 286 millions d’euros ont déjà été engagés depuis le début de l’année, correspondant à un investissement total de 952 millions d’euros.

  • 51 millions d’euros de soutien public ont été attribués à 42 projets de R&D et d’intégration de technologies hydrogène dans le cadre des appels à projet filière du plan France Relance.
  • 132 millions d’euros d’aides du Programme des Investissements d’Avenir ont été accordés pour des travaux de R&D relatifs aux avions à hydrogène et pour aider les régions Occitanie, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne- Rhône-Alpes et Grand-Est à acquérir 14 trains hydrogène, qui circuleront pour des essais fin 2023.
  • 55 millions d’euros, dans le cadre des programmes et équipements prioritaires de recherche, seront engagés sous peu, en faveur des laboratoires et organismes de recherche.
  • 48 millions d’euros ont été engagés dans le cadre des appels à projets Ademe en faveur de l’innovation, des démonstrateurs et des écosystèmes. Des écosystèmes d’hydrogène mais aussi des projets privés de logistique urbaine seront ainsi accompagnés par l’Etat. Ce déploiement dans les territoires fait émerger une infrastructure pour la mobilité, avec plus 30 stations de recharge et environ 300 véhicules routiers à hydrogène (bus, bennes à ordures ménagères, véhicules utilitaires) à venir. Cet appel à projets, qui vient de se clôturer, sera prochainement relancé.

Dans le cadre du projet important d’intérêt européen commun (PIIEC), 15 projets d’envergure français ont été déjà prénotifiés à la Commission. Ils concernent la décarbonation de l’industrie lourde ainsi que des gigafactories d’électrolyseurs, d’équipements pour la mobilité (piles à combustible, réservoirs, matériaux...) et de trains à hydrogène. L’objectif d’installation de 6,5 GW d’électrolyseurs d’ici 2030 semble plus que jamais atteignable.

Une réglementation et des interconnexions entre bassins en construction

Le développement de l’hydrogène se concentre dans un premier temps dans sept bassins industriels majeurs en France. Leur interconnexion grâce à des infrastructures d’approvisionnement n’est pas une priorité immédiate. Elle pourra être envisagée à moyen terme dans le cadre de schémas multi-régionaux de déploiement.

En parallèle, l’État et France Hydrogène travaillent à une analyse exhaustive de la règlementation liée à l’hydrogène. Huit thématiques ont été identifiées : la production, le stockage, les réseaux, le transport, la distribution, les véhicules, la fiscalité et les marchés publics. Chacune donnera lieu à un ou plusieurs groupes de travail réunissant des experts des entreprises et les directions compétentes de l’administration. D’ores et déjà un projet de feuille de route conjointe entre France Hydrogène et la DGPR (Direction générale de la prévention des risques) a été élaborée pour faire évoluer la règlementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), relative aux rubriques de la nomenclature ICPE traitant de la distribution, du stockage et de la production d’hydrogène.

 

ELO Energies

ELO ENERGIES : 
PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE & DÉCARBONATION

● 6 webinaires animés par notre rédaction et par nos partenaires
● Posez vos questions auxquelles les intervenants répondront en direct
● Profitez d'un accès libre et gratuit sur simple inscription en ligne