Au 1er juillet 2021, les tarifs réglementés de gaz naturel augmentent de 9,96 %. Une hausse due aux prix élevés sur le marché mondial ainsi qu’à la participation du gaz au dispositif des certificats d’économies d’énergie.

Energie

Pourquoi le prix du gaz flambe

28 juin 2021 - Stéphanie PERRAUT

Au 1er juillet 2021, les tarifs réglementés de gaz naturel augmentent de 9,96 %. Une hausse due aux prix élevés sur le marché mondial ainsi qu’à la participation du gaz au dispositif des certificats d’économies d’énergie.

Le 25 juin 2021, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié un avis favorable au projet d’arrêté tarifaire de vente de gaz naturel (TRV) d’Engie. Cette décision acte une augmentation des tarifs de 9,96 % hors taxes au 1er juillet prochain. Cette hausse est due principalement (pour 7,8 points) à la dynamique des prix du gaz sur le marché mondial, liée à la reprise de l’économie mondiale.

La demande croît fortement en Asie, en Europe et en Amérique du Sud. Dans le même temps, en Europe, la hausse du prix des quotas d’émission de CO2 dope la consommation de gaz pour la production d’électricité au détriment du charbon. Une situation à laquelle viennent se corréler des considérations logistiques : des opérations de maintenance en mer du Nord, qui entraînent une réduction des importations de gaz norvégien, et un bas niveau des stockages, qui ont été fortement sollicités cet hiver et dont le remplissage a été ralenti par des températures relativement basses au printemps. Facteur « aggravant » en France, 99 % du gaz consommé est importé, ce qui crée une forte fragilité vis-à-vis des aléas du marché international. Interrogé par nos confrères de Ouest France, le président de l’Union des entreprises utilisatrices d’énergie, Nicolas de Warren soulève par exemple la problématique des restrictions de la Russie, deuxième exportateur mondial, « qui fait pression pour que soit achevée la construction de son gazoduc en mer Baltique ».

La hausse des tarifs de vente de gaz naturel est aussi due à la participation du gaz en faveur de la transition énergétique, dans la cadre du dispositif des CEE (Certificats d’économies d’énergie). La cinquième période des CEE, qui entre en vigueur le 1er janvier 2022, se distingue par une augmentation du niveau global des obligations et le transfert vers le gaz d’une partie de celles qui pesaient précédemment sur l’électricité. Les fournisseurs d’électricité vont voir leurs obligations baisser de 10 %. A l’inverse, les obligations des fournisseurs au gaz vont augmenter de 52 %, tout comme celle des fournisseurs de fioul (52 %).
Un œil dans le rétroviseur permet malgré tout de relativiser cette hausse, sans pouvoir préjuger toutefois de l’évolution des marchés. Relevés par la CRE, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont augmenté de (seulement) 2,0 % depuis le 1er janvier 2015 et de 1,1% depuis le 1er janvier 2019.

 

Gaz : les évolutions tarifaires dans les entreprises locales de distribution

La Commission de régulation de l’énergie donne des avis favorables sur l’évolution des tarifs réglementés de vente de gaz de 22 entreprises locales de distribution. Pour les trois plus grosses d’entre elles, les hausses au 1er juillet 2021 sont de +12,0% (Gaz de Bordeaux), +8,4% (ES Energies de Strasbourg) et +2,8% (Gaz et Electricité de Grenoble).

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois