Qualité

Bisphénol A : l’Anses maintient sa position

9 avril 2013 - Anne-Katell Mousset

Les bonbonnes d'eau en polycarbonate serait une source important d'exposition au bisphénol A dans la population (crédits : © jean claude braun - Fotolia.com)

L’Agence nationale de sécurité sanitaire vient de remettre son rapport sur l’évaluation des risques sanitaires liés au bisphénol A. Elle confirme les effets sanitaires du bisphénol A, qu'elle avait déjà pointés du doigt en 2011 (lire ici), en particulier pour la femme enceinte au regard des risques potentiels pour l’enfant à naître. En effet, dans ce travail, les scientifiques ont réalisé une estimation complète des expositions réelles de la population. La voie alimentaire contribue à 80% de l’exposition de la population, suivie par l’inhalation et la voie cutanée (au contact des produits de consommation).

Boîtes de conserve et bonbonnes en polycarbonate, principales sources d'exposition

Les produits conditionnés en boîtes de conserve représentent environ 50% de l’exposition alimentaire totale. L’Anses a également mis en évidence le rôle de l’eau distribuée en bonbonnes de polycarbonate comme source importante d’exposition.

Suite à l’étude de ces expositions, l’Anses conclut donc à un risque potentiel (associé à un niveau de confiance qualifié de « modéré » par les experts) pour l’enfant à naître des femmes enceintes exposées. Les effets identifiés portent sur une modification de la structure de la glande mammaire chez l’enfant à naître qui pourrait favoriser un développement tumoral ultérieur.

Le problème des substituts pas encore réglé

Selon l’Anses, la loi voté au Parlement en décembre dernier et visant à supprimer le bisphénol A des contenants alimentaires devrait permettre de baisser de façon très significative le niveau d’exposition au bisphénol A.

Reste à trouver des substituts. Après une note de synthèse publiée en juin 2012, l’Anses vient de remettre un rapport. Il s’est appuyé sur les résultats de l’appel à contribution, sur un travail bibliographique et sur le recueil d’informations auprès des industriels en dehors de la consultation initiale. Au total 73 alternatives au bisphénol A ont été identifiées. Les alternatives peuvent se présenter de plusieurs manières :

  • Substitution directe du bisphénol A par une autre substance ;
  • Substitution par une autre matière plastique ou un autre polymère présentant des propriétés similaires au polymère de départ ;
  • Substitution par un autre matériau, autre type de conditionnement ;
  • Substitution par un procédé.

La totalité des alternatives est disponibles ici

Cependant, l’Anses le précise : « certaines interrogations demeurent concernant l’innocuité, la faisabilité et l’efficacité, sur le plan technique de ces alternatives ». L’Agence précise que son travail était uniquement d’effectuer un état des lieux des alternatives potentielles, sans les évaluer ni les valider au regard du risque pour la santé. Une conclusion qui ne va pas rassurer les fabricants de plastiques qui avaient déjà alerté en octobre dernier sur les problèmes posés par la substitution.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois