Biodiversité : agriculture durable et quotas de pêche plébiscités

6 septembre 2021 - Pierre Christen

Au congrès de l’UICN à Marseille, les fabricants de produits alimentaires apparaissent comme des acteurs clefs de la protection de la biodiversité. Pernod Ricard a signé un partenariat avec l’UICN en faveur d’un programme d’accélération vers des pratiques agricoles durables. Tandis que l’actualisation de la Liste rouge des espèces menacées démontre l’effet positif des quotas de pêche appliqués sur le thon.

Le Congrès mondial de la nature, organisé par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) à Marseille, du 3 au 11 septembre, rassemble des scientifiques, ONG et représentants d’États en vue de faire des propositions autour de la biodiversité. Comparable aux rapports du GIEC sur le réchauffement climatique, les motions qui seront adoptées lors de ce temps fort ont l’ambition d’alimenter les États en données scientifiques et en recommandations pour susciter la mise en place de nouvelles mesures de conservation. Un axe clef est l'extension des aires protégées dans le monde. Celles-ci concernent actuellement 23 % de la surface planétaire. L’enjeu serait de viser 30 % en 2030. Une ambition soutenue par une coalition de soixante États, lancée en janvier dernier à Paris lors du One Planet Summit, et dans laquelle la France joue un rôle moteur.

Bien que dépourvues de caractère obligatoire, les propositions adoptées à Marseille auront des répercussions. Elles serviront de socle lors de la COP15 prévue à Kunming (Yunnan, Chine) du 11 au 24 octobre, et qui doit décider du cadre mondial pour la biodiversité. Et lors de la COP26, la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, programmée du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow. Lors de ces deux événements, les États acteront leurs engagements.

Pour peser, l’outil clef de l’UICN est la publication de sa Liste rouge actualisée des espèces menacées. Bien que toutes les espèces de la planète n’ont pu être encore évaluées et bien que le pourcentage d’espèces menacées peut être biaisé par le manque de données sur certains groupes, cet outil s’avère, dans la plupart des cas, la meilleure estimation du risque d’extinction. Ainsi sur 138 374 espèces évaluées, 8 404 sont en « danger critique d’extinction », 14 647 sont considérées « en danger », 15 492 sont « vulnérables », 8 127 « quasi menacées », et 72 318 sont en faible risque/préoccupation mineure. Pour 19 404 d’entre elles, les données sont insuffisantes.

Un partenariat entre l’UICN et Pernod Ricard

Les fabricants de produits alimentaires sont en première ligne des acteurs susceptibles d’agir en faveur de la biodiversité. A Marseille, Pernod Ricard a annoncé son nouveau partenariat avec l'UICN, devenant ainsi la première entreprise partenaire du programme "Agriculture and Land Health Initiative". Le but ? Créer une plate-forme autour de projets concrets, rassemblant de multiples partenaires engagés dans la transition vers une agriculture durable, pour lutter contre le changement climatique et le déclin de la biodiversité. « Tous nos produits sont étroitement liés à la nature : ils tirent leur caractère, leur identité, leur qualité même des terroirs où ils grandissent. La biodiversité est un élément essentiel à l’équilibre de ces écosystèmes. La chérir, la protéger, la préserver, pour transmettre intacts ces terroirs aux générations futures, n’est donc pas seulement une obligation morale et citoyenne, mais aussi un impératif de pérennité économique », a déclaré Alexandre Ricard, p-dg du groupe français.

L’effet positif des quotas de pêche sur le thon

C’est aussi dans leurs politiques d’approvisionnement, que les transformateurs ont un rôle clef à jouer. Exemple dans le monde de la pêche. Selon les experts réunis à Marseille, preuve est faite que les mesures de conservation sont efficaces, malgré une pression croissante sur la vie marine. Ainsi, selon la Liste rouge de l’UICN, quatre espèces de thons pêchés commercialement sont en bonne voie de rétablissement grâce à l’application de quotas de pêche au cours de la dernière décennie et grâce à une lutte plus efficace contre la pêche illégale. « C’est un signe fort que les espèces peuvent se rétablir si les Etats s’engagent vraiment à adopter des pratiques durables, affirme Bruno Oberle, le directeur général de l’UICN. Précisément, des signes de récupération ont été observés sur le thon rouge de l’Atlantique (Thunnus thynnus), passé de la catégorie « En danger » à celle de « Préoccupation mineure », et pour le thon rouge du Sud (Thunnus maccoyii) passé, quant à lui, de la catégorie « En danger critique » à « En danger ». Enfin, le thon blanc (Thunnus alalunga) et le thon albacore (Thunnus albacares) sont tous deux passés de « quasi menacés » à « préoccupation mineure ». « Les approches de pêche durable fonctionnent avec d’énormes avantages à long terme pour les moyens de subsistance et la biodiversité », renchérit Bruce B. Colette, président du groupe de spécialistes thons-espadons de la CSE-UICN.

Ces constats, à l’origine d’un message délibérément volontariste de la part de l’UICN, restent émis dans un contexte très négatif sur les espèces animales et en particulier sur la vie marine. Ainsi le thon albacore continue d’être surexploité dans l’océan Indien. Quant au thon rouge de l’Atlantique, certes sa population orientale, originaire de Méditerranée, a augmenté de plus de 22 % en quarante ans, mais la population frayant dans le golfe du Mexique a, de son côté, diminué de moitié sur la même période. Le thon rouge du Pacifique, quant à lui, est passé au stade « quasi menacé ». La population mondiale représente aujourd’hui moins de 5 % de sa biomasse d’origine…

La liste rouge a également révélé la lourde menace qui pèse sur les raies et les requins, dont l’ensemble des espèces sont surexploitées, tandis que la dégradation de leur habitat et le réchauffement climatique aggravent la situation. Au total, une proportion de 37 % des espèces de requins et de raies sont désormais menacées d’extinction.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois