Les Entreprises du Traiteur Frais appellent à des renégociations « au cas par cas »

5 juillet 2022 - Marion Despouys

Malgré de bons résultats en 2021, les entreprises du traiteur frais (ETF) appellent la distribution à « un indispensable soutien et à un travail collaboratif », face à hausse généralisée des coûts de production.


Sur le marché des produits de grande consommation (PGC), les produits traiteurs frais se portent plutôt bien. Alors que le secteur était en net recul en 2021 (-1,1%), le rayon traiteur frais a réalisé une hausse des ventes de 8,3 % en valeur. Et cette dynamique semble se poursuivre, avec une croissance de 0,3 % sur les quatre premiers mois de l’année 2022, dans un marché en net recul (-2,3%).

Pourtant, ces bons résultats n’empêchent pas les Entreprises du Traiteur Frais (ETF) de tirer la sonnette d’alarme. Adhérente de l’Adepale (Association des produits alimentaires élaborés), l’organisation professionnelle réunit 60 entreprises françaises, fabricantes de produits traiteurs et traiteurs de la mer et représente 75 % du chiffre d’affaires du secteur, soit 5,5 milliards d’euros. 

Prendre en compte l’inflation

« Afin de prolonger cette dynamique, les professionnels du secteur appellent leurs partenaires distributeurs à un indispensable soutien et à un travail collaboratif pour confirmer le fort potentiel du rayon. Dans un contexte de hausse généralisée des coûts de production, des renégociations au cas par cas sont indispensables pour assurer l’équilibre économique des entreprises implantées dans les territoires et leur permettre d’accélérer les transitions ».
Selon l’organisation professionnelle, l’inflation doit être prise en compte selon les gammes de produit et les situations propres à chaque entreprise, afin de leur permettre de « continuer à investir et à innover, levier indispensable pour le développement et la performance du rayon traiteur ». 

Attirer les télétravailleurs

L’ETF a mené une étude avec Le panéliste IRI pour identifier les atouts des produits traiteurs frais en magasin, et dégager des pistes d’amélioration à travailler avec les enseignes pour renforcer le développement du secteur. 
La crise sanitaire a contribué à faire évoluer les modes de consommation. Aujourd’hui, les Français passent plus de temps à leur domicile, sans pour autant avoir tous envie de cuisiner, et le télétravail s’est banalisé. 
Parmi les pistes d’amélioration envisagées, « les ETF proposent d’attirer les télétravailleurs et les adeptes des repas livrés à domicile, d’améliorer l’expérience d’achat en magasin et de proposer le « juste » choix ».  
 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois