Malgré la forte volatilité, les prix des produits alimentaires restent stables

5 juillet 2022 - Marjolaine Cérou

L’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires a présenté le 29 juin son onzième rapport. Il confirme les constats des années précédentes, à savoir la grande stabilité des prix des produits alimentaires de base, malgré la forte volatilité des marchés agricoles.

Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, a remis au Parlement le mercredi 29 juin le onzième rapport de l’institution. L’édition 2022 confirme les constats des années précédentes, à savoir la grande stabilité des prix des produits alimentaires de base au stade consommateur, malgré la forte volatilité des marchés agricoles, de moins en moins régulés par l’Union européenne et de plus en plus mondialisés.  

Les prix à la production agricole ont sensiblement progressé (+9,2 %) par rapport à 2020, en ligne avec l’évolution des prix des moyens de production (+9 %). En parallèle, les prix des produits des industries alimentaires ont augmenté de 2,2 %, selon l’Insee. Enfin, les prix à la  consommation des produits alimentaires n’ont augmenté que de 0,6 % en 2021, soit moins que l’inflation générale des prix à la consommation (+1,6 %).  
Bien que variable selon les produits et les années, la part minoritaire de la matière première agricole dans le prix du produit final explique en partie cet effet tampon. « La transmission des chocs subis par les prix agricoles est souvent amortie dans un premier temps par les industries agroalimentaires et les distributeurs qui compriment leurs marges, dans une certaine mesure, afin de maintenir des prix stables en rayon pour les produits les plus emblématiques », indique Philippe Chalmin.

De nouveaux produits suivis

Parmi les nouveautés du rapport, de nouveaux produits aquatiques (moules de bouchot et coquilles Saint-Jacques) et de fruits et légumes bio (asperge et pêche-nectarine) viennent enrichir les données. La méthodologie de l’Observatoire évolue aussi pour mieux refléter la réalité industrielle des produits laitiers, qu’il s’agisse de l’estimation du déclassement du lait biologique ou du modèle encore expérimental visant à décomposer le prix de la plaquette de beurre. 
Dans le secteur de la volaille, le poulet entier Label rouge, est désormais analysé plus en détail, en lien avec la montée en gamme de la production française et les standards de consommation actuels. Enfin, l’impact du Brexit sur les importations françaises de viande ovine est intégré dans le rapport 2022 afin d’exclure les produits réexportés du calcul de la décomposition des prix au détail.
 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois