Emballages

2020 : la folle année des emballages

22 décembre 2020 - Karine Ermenier

L’adoption de loi Antigaspillage pour une économie circulaire en janvier dernier aura donné le LA en matière de réduction des emballages. Malgré la situation sanitaire, les initiatives d’éco-conception, de substitution, de réemploi et de recyclage n’ont pas faibli, bien au contraire. Retour sur quelques faits majeurs avec Danone, Yoplait, Nestlé, Fleury Michon, Kellogg's, Lesieur, Andros et Materne.

« Il faut faire de cette loi Antigaspillage pour une Economie circulaire (dite AGEC) un accélérateur d’innovations ». Voilà ce que disait Baptiste Perrissin Fabert, directeur de cabinet de Brune Poirson, alors secrétaire d’Etat à la Transition écologique, lors de l’Open Innovation Lab de l’Ania consacré à l’emballage en février dernier. Et pour cause, les ambitions du gouvernement en matière de réduction des emballages, de réincorporation de recyclés, de recyclage et de réemploi, qui seront prochainement précisées dans le tant attendu décret 3R, obligent à repenser ses emballages dès lors qu’ils ne rentrent pas dans les bonnes cases.

Et force est de constater que l’industrie agroalimentaire a pris les devants. Il est impossible de résumer cette année 2020 sous l’angle de l’innovation emballage tant les initiatives ont été nombreuses. Néanmoins, plusieurs lancements ou actualités ont marqué les esprits et illustrent chacun à sa façon une tendance forte.

Danone annonce sa sortie du polystyrène à l’horizon 2024

Emmanuel Faber, p-dg du groupe Danone, a confirmé en mai dernier l’objectif de se passer de polystyrène (PS) pour tous ses pots de yaourts d’ici 2025 (2024 en Europe même). Nestlé envisage aussi de supprimer ses pots en PS d’ici 2022. La marque Alpro sera pionnière avec un objectif de remplacement du PS dès 2021. Parmi les options possibles de substitution figurent les pots en carton et en verre. Mais aussi très probablement le PET, déjà testé sur les nouveaux yaourts Danone aux Fruits d’Ici lancés en 2020 dont les pots intègrent 30 % de matière recyclée. Soit dit en passant, ces pots en PET ne remplissent pas encore toutes les conditions pour être considérés comme recyclables dans les filières PET existantes ou en construction.

Sodiaal (Yoplait) mise sur le recyclage du polystyrène

Yoplait (groupe Sodiaal) cherche au contraire à prouver la circularité du polystyrène. Une avancée majeure vient d’être obtenue sur le sujet puisque Total, Intraplás et Yoplait ont mené avec succès un test permettant d’utiliser du polystyrène certifié recyclé chimiquement pour produire des pots de yaourt. Réunies aux côtés de Sodiaal au sein du consortium PS25, de nombreuses entreprises agroalimentaires souhaitent d’ailleurs encore croire au polystyrène : Agromousquetaires, Bigard, Cooperl Arc Atlantique, Eurial ultra-frais, Lactalis, LDC, Triballat Noyal et Yeo Frais. Accompagnés de Citeo et Valorplast, elles travaillent ensemble pour évaluer la faisabilité du développement d’une filière de recyclage du polystyrène (PS) en France. Car ce matériau a de nombreux avantages : il est sécable, facile à thermoformer tout en étant léger et résistant.

Lactips lève 13 millions d’euros pour développer ses bioplastiques solubles biodégradables

Preuve du potentiel des bioplastiques issus de co-produits ou de matières premières renouvelables produites localement, le Français Lactips a levé 13 millions d'euros cette année auprès de Bpifrance et Mitsubishi Chemical Holdings, deux ans après avoir clôturé une augmentation de capital de 3,8 millions d'euros. De quoi accélérer sa phase d’industrialisation avec une nouvelle usine de 2 500 m² en construction à Saint-Paul-en-Jarez (42). Redonnant vie à un ancien outil industriel de Friesland Campina, elle verra le jour en 2021 avec une montée en puissance progressive des nouvelles lignes de production.

Kellogg's teste le vrac sur ses céréales

Avec son Bar à Céréales testé dans deux enseignes en France, la marque de céréales du groupe Kellogg's s’initie au vrac. Une ambition que d’autres marques nationales affichent et qui répond à une forte attente consommateurs. Grâce à un repère précis et à une balance intégrée, le consommateur peut se servir de la juste quantité. Trois Bars à Céréales sont en test depuis le mois de juin en Ile-de-France et trois autres seront installés d’ici la fin de l’année dans trois autres villes. Rendre accessible le rayon vrac aux marques et faciliter la logistique et l’hygiène du rayon a aussi inspiré HL-Display et Smurfit Kappa qui ont développé également cette année un modèle déposé de recharges de produits en vrac.

Fleury Michon surfe sur la barquette en bois

Au rayon frais, la tendance se porte en majorité sur les barquettes plastique en mono-matériau (mono-PET et mono-PP). Fleury Michon s’est distingué cette année en lançant une gamme de plats cuisinés en barquettes bois dont l’innovation repose aussi sur le mode de remplissage et de cuisson. Plusieurs mois après ce lancement, le bilan est positif et les avancées techniques toujours d’actualité puisque le groupe travaille sur la suppression du liner intérieur en polyéthylène des barquettes. La marque a recruté de nouveaux consommateurs et compte sur le développement de l'emballage bois afin qu'une filière de recyclage puisse être constituée.

Nestlé investit 1,9 milliards d’euros dans les plastiques recyclés

L’autre grande actualité du marché des emballages, stimulée par la loi Agec, consiste à boucler la boucle des plastiques en intégrant de la matière recyclée. Preuve du caractère stratégique du sujet, Nestlé a annoncé investir 1,9 milliard d’euros dans le marché des plastiques recyclés et dans des start-up qui se consacrent au développement d’emballages durables. Ceci pour atteindre son objectif de 100 % d’emballages recyclables ou renouvelables d’ici 2025. L’enjeu en matière de plastiques recyclés est de deux ordres : pouvoir disposer de la matière recyclée existante en quantités suffisantes, à savoir le PET (à date seule cette résine recyclée est apte au contact alimentaire par recyclage mécanique). Et, par ailleurs, permettre à d’autres résines d’être recyclées avec pour objectif de garantir leur alimentarité.

Andros et Materne annoncent développer des gourdes recyclables

L’année 2020 a aussi marqué les esprits au rayon des compotes nomades avec l’annonce, en début d’année, du lancement à venir de la gourde recyclable en mono-polyéthylène de Materne. Qui pourra l’alléguer à l’issue de l’extension des consignes de tri en 2022-2023. Ou dès 2021 si plus de la moitié des foyers français trient déjà l’ensemble de leurs plastiques. Son concurrent Andros l’a pris de vitesse en lançant en octobre une gourde en mono-polypropylène affichant sans détours sa recyclabilité. Une allégation que certains techniciens lui contestent mais que le tribunal de commerce de Lyon lui a autorisé. Cet épisode judiciaire, premier du genre, prouve à quel point le sujet de la recyclabilité est devenu sensible et stratégique.  

Des huiles Lesieur et céréales Nestlé en emballages réutilisables chez Carrefour

Après Vittel et San Pellegrino, trois autres marques du groupe Nestlé ont rejoint le programme Loop : Nesquik, Ricoré et Chocapic Bio. En plus d’être disponibles en emballages réutilisables en acier inoxydable sur le site de livraison de Carrefour, ils le sont désormais dans 10 magasins du groupe à Paris. Ce dispositif d’emballages consignés et réemployés cherche, en effet, à se déployer à plus grande échelle dans les magasins physiques. Lesieur, engagé dans la démarche Loop depuis ses débuts, propose aussi une huile d’olive Puget Loop en points de vente. Pour tous, le principe est le même, les consommateurs achètent leurs produits Loop en payant une consigne (0,5 € pour l’huile, 4 € pour les boîtes en métal Nestlé). Une fois leurs produits consommés, ils ramènent les contenants vides en magasins, qui seront nettoyés et re-remplis par les marques. Et récupèrent leur consigne. Même s’il n’est pas encore optimisé, ce système permet de tester un nouveau modèle très largement encouragé par la loi Antigaspillage pour une économie circulaire.

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois