Nutrition

L'Inra détecte des bactéries pour lutter contre le diabète

Dans le cadre du projet MetaHIT, une équipe internationale impliquant l’Inra étudie si le microbiote pouvait contribuer de manière significative à une augmentation d'acides aminés branchés dans le sang. En effet, on observe des taux élevés de ces acides aminés chez les personnes diabétiques. Ils proviennent de l’alimentation ou des bactéries du microbiote. Dans leur dernière étude publiée le 13 juillet dans Nature, les chercheurs ont remarqué que plus les taux d'acides aminés branchés sont élevés, plus l’insulino-résistance augmente.

Les résultats montrent que la quantité d'acides aminés dans le plasma est liée au microbiote et non pas à l’alimentation. De plus, quatre espèces microbiennes impliquées dans ces interactions microbiote-insulino-résistance ont été mise en évidence : Prevotella copri et Bacteroides vulgatus sont associées à la biosynthèse des acides aminés branchés et donc à la résistance à l’insuline. Butyrivibrio crossotus et Eubacterium siraeum sont impliquées dans le transport et l’utilisation de ces acides aminés et contribuent à diminuer leur taux dans le sang.

Pour évaluer directement le rôle des bactéries intestinales, les chercheurs ont étudié l’effet de Prevotella copri chez la souris. Ils ont démontré que cette bactérie induisait effectivement la résistance à l’insuline et augmentait la quantité d'acides aminés branchés dans le sang.

Ces avancées ouvrent des pistes prometteuses pour la santé humaine : si Prevotella copri est un facteur de risque d’insulino-résistance chez l’homme, la prochaine étape consiste à moduler et diminuer cette bactérie pour atteindre un équilibre optimal et optimiser notre alimentation.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois