Qualité

Même mal évalué, l’arsenic est trop présent dans l’alimentation

3 novembre 2009 - Virginie Guillerm

Les aliments les plus contaminés par l’arsenic sont le poisson, les produits de la mer, les algues et le riz. Certains populations étant fortes consommatrices de ces produits, les experts recommandent de baisser le taux d’exposition alimentaire de l’arsenic. © MIRRO - Fotolia.com

 

Le contrôle de l’arsenic dans l’alimentation n’est pas encore harmonisé au niveau européen. Le groupe scientifique de l’Efsa sur les contaminants de la chaîne alimentaire (Contam) a donc comparé, dans 15 pays membres, les quantités d’arsenic que les personnes pourraient ingérer dans les aliments avec la dose susceptible d’engendrer certains problèmes de santé. La plupart des européens ne courent aucun risque de santé, sauf trois groupes identifiés. Cette analyse a aussi permis de mettre en avant une mauvaise évaluation : 98% des mesures portaient sur l’arsenic total, or seul arsenic inorganique est toxique. Le ratio de cette forme varie entre 50% et 100% selon les types d’aliments incriminés. Pour connaître les risques réels, il faudrait une mesure de l’arsenic ne portant que sur sa forme inorganique. Pour l’étude, un ratio théorique moyen a été fixé à 70%. Les aliments qui contribuent le plus à l’exposition alimentaire à l’arsenic inorganique sont le poisson (0,03 mg/kg) et les produits de la mer (0,1 mg/kg), les algues (notamment le hijiki), les céréales et les produits céréaliers (en particulier le riz, le son et le germe), l’eau de cuisson, l’eau en bouteille, le café et la bière.

Risques faibles, mais pas pour tous

Les deux tiers des 100 000 analyses effectuées étaient sous la limite de détection. L’exposition des européens est de 0,13 à 0,56 mg d’arsenic inorganique/kg de poids corporel par jour. Ce qui est bien en dessous du seuil estimé par la FAO (15mg/kg de poids corporel) pour déclencher un cancer.
Mais le conseil scientifique de l'Efsa n’a pas pu écarter la possibilité d’un risque sanitaire pour certaines personnes. Notamment pour les grands consommateurs de riz, dont l’exposition est estimée à 1mg/kg de poids corporel, ceux qui consomment beaucoup de produits à base d’algues (4mg arsenic inorganique/kg) et les enfants de moins de trois ans qui ingéreraient entre 0,5 et 2,66 mg/kg d’arsenic inorganique. En conséquence, le groupe a recommandé de réduire l’exposition à l’arsenic inorganique, sa forme la plus toxique.

Cet avis aidera à éclairer les débats européens sur une harmonisation de la teneur limite en arsenic, qui débuteront en janvier 2010.

 

Maladies & arsenic

Souvent d'origine géologique, l’arsenic inorganique se retrouve dans les nappes phréatiques. Sa consommation à long terme a été associée à une série de problèmes de santé, tels que des lésions de la peau, des maladies cardiovasculaires et certaines formes de cancer.

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois