L’Ania et la Coopération Agricole souhaitent renforcer les actions d’économie via la réutilisation des eaux non conventionnelles. (Crédit : Adobe Stock)

Qualité

Ressources en eau : la filière réclame l’autorisation de l’expérimentation du reuse

9 septembre 2022 - Stéphanie PERRAUT

Dans un communiqué commun, l’Ania et la Coopération Agricole alertent les pouvoirs publics sur les restrictions d’eau qui fragilisent à l’extrême les entreprises alimentaires. Les deux organisations souhaitent renforcer les actions d’économie via la réutilisation des eaux non conventionnelles (reuse).

De nombreux départements sont passés en situation de crise sécheresse. L’Ania et la Coopération Agricole (LCA) alertent sur l’extrême difficulté dans laquelle se trouvent les entreprises agroalimentaires. « La pérennité de plusieurs filières alimentaires est menacée », avertissent les deux organisations dans un communiqué en date du 9 septembre 2022. Au niveau « crise », les arrêtés sécheresse demandent en effet aux industriels de réduire, parfois jusqu’à 60 %, leurs prélèvements, selon les régions. Une consigne compliquée à atteindre au regard notamment de la maîtrise des risques sanitaires attendue. « Pour la très grande majorité des entreprises, le respect des arrêtés sécheresse pourrait entraîner une diminution du volume de production pouvant aller jusqu’à l’arrêt total de l’activité de transformation », estiment l’Ania et LCA.

Un "kit sécheresse" en Bretagne

Les entreprises du secteur n’ont pas attendu pour agir. Elles ont mis en place des plans d’actions d’économies d’eau depuis plusieurs années et les ont accentués depuis le début de l’été, notamment en réorganisant leurs productions au maximum. Fin juin, les CCI de Bretagne, l’Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires (ABEA) et la Coopération Agricole Ouest (LCA Ouest) se sont associées pour élaborer un “Kit Sécheresse” à destination des acteurs de l’industrie. Cette initiative s’inscrit notamment dans le cadre du Groupe de travail « Eau » de l’ABEA, du programme Ecod’o piloté par les CCI de Bretagne, et de la commission Environnement de LCA Ouest. Ce kit contient les éléments suivants, téléchargeables sur le site de l’association

  • Un décryptage de l’impact des arrêtés-sécheresse sur les activités industrielles;
  • Une liste d’actions techniques pouvant être mises en œuvre afin de réduire leurs consommations d’eau;
  • Une proposition de trame de plan de suivi et de réduction des consommations d’eau à compléter en réponse aux dispositions des arrêtés cadre sécheresse;
  • Une proposition de tableau à compléter permettant de présenter et tenir à jour le plan d’actions hydro-économes de l’entreprise
  • Un lien vers le guide de bonnes pratiques Ecod’o

Un besoin pressant de faire avancer la réglementation

Dans ce contexte difficile, la filière réaffirme son engagement en faveur de la mise en place du reuse, c’est-à dire la réutilisation des « eaux non conventionnelles » (comme les eaux issues de la matière première et les eaux usées traitées). Un sondage mené auprès de 28 sites agroalimentaires bretons a identifié 2,5 millions de m3 d’eau potable immédiatement économisables chaque année, soit l’équivalent de plus de 800 piscines olympiques. « Il est donc impératif de publier le décret, annoncé dans les conclusions du Varenne agricole de l’eau, pour autoriser immédiatement les expérimentations de reuse dans les industries agroalimentaires », concluent l’Ania et LCA. La prise de conscience semble en cours au niveau législatif. Au courant de l’été, le décret n° 2022-1078 est venu signifier des mesures quant à la gestion quantitative de la ressource en eau en dehors des périodes de basses eaux. 
 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois