Restauration rapide

« En dix ans, nous avons rattrapé le retard »

8 mars 2011 - Pierre Christen

Bernard Boutboul, directeur de Gira Conseil, lors du dernier salon Sandwich & Snack Show de Paris, donne son éclairage sur la montée en puissance du marché de la restauration rapide en France.

Bernard Boutboul, directeur de Gira Conseil, lors du dernier salon Sandwich & Snack Show de Paris, donne son éclairage sur la montrée en puissance du marché de la restauration rapide en France.

Process alimentaire : Les consommateurs sont-ils désormais séduits par le snacking ?

Bernard Boutboul : En effet ! Le marché de la restauration rapide a progressé de 60 % entre 2004 et 2010 pour atteindre 31,2 Mds€, contre 14 %, sur la même période, pour la restauration dans sa globalité. La France est un pays à part dans le monde. Pendant 50 ans, l’offre se résumait à un sandwich et un hamburger et rien d’autre. Jusqu’en 2001, on pouvait penser que le fast-food ne passerait pas. Puis en dix ans, nous avons rattrapé le retard. Cette évolution s’est traduite par une montée en gamme et une diversification importante de l’offre, l’introduction de nouveaux concepts de restauration ainsi que l’arrivée de nouveaux acteurs, principalement la grande distribution grâce au vecteur prix et les métiers de bouche grâce à leur légitimité. Nous sommes passés progressivement du fast-food étiqueté mal-bouffe à une offre plus rapide, plus saine et plus féminine.

P. a. : Les Français adhèrent-ils à cette diversification ?

B. B. : Le sandwich reste le produit leader. L’année 2010 a vu passer la barre des 2 Mds de sandwichs vendus, dont deux tiers de jambon-beurre. Une hausse toutefois limitée de seulement 2,5 %, à comparer à la croissance de 8,9 % en 2009. Explication : le marché du snacking en forte croissance est très attaqué. L’heure est au développement du prêt à réchauffer (box, soupes, plats cuisinés), en complément du prêt à consommer. C’est par exemple le lancement de la pizza en part à réchauffer au micro-ondes de Sodebo (Pizza Giant, NDLR). Et bien entendu, la vague des box. En 2010, près de 18 millions d’unités ont été commercialisées en France.

P. a. : Quels sont les nouveaux concepts de restauration ?

B. B. : De nouveaux concepts apparaissent. Du côté de la grande distribution, si l’on n’a pas capté le consommateur en rayon, on cherche à le faire en fin de caisse, tel « Faim de journée » de Carrefour. Après Dailymonop lancé en 2004 par Monoprix, c’est au tour de Carrefour d’expérimenter un nouveau type de magasin. Le premier Carrefour City Café a ouvert à Bordeaux en décembre dernier. Cette nouvelle déclinaison orientée restauration rapide vise une offre bien-être, pour tous les moments de consommation de la journée. Parmi les innovations marquantes, c’est l’avènement de la mobilité. Par exemple avec des produits bi-température sur triporteur tel le pionnier Eaty.fr à Rennes. L’heure est aussi à la diversification. C’est aussi le développement de l’ethnique. Par exemple, les enseignes Cactus ou Chaak s’implantent sur le nouveau créneau du tex-mex. (...)

 

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois