Scoring nutritionnel : une réunion pour rien au Ministère de la Santé ?

Mardi 22 septembre, le Pr Benoît Vallée, directeur général de la Santé, invite une nouvelle fois les parties prenantes autour du projet de scoring nutritionnel. Ce système de représentation graphique optionnel devrait être autorisé par la future loi de Santé, qui achève en ce moment son parcours parlementaire.

Est-ce la réunion de la dernière chance pour infléchir la position du Ministère de la Santé ? Jusqu’alors les trois précédentes réunions avaient centré les échanges autour de la promotion du système de représentation graphique proposé par le Pr Serge Hercberg, le fameux dispositif 5-C. Un parti-pris visiblement non négociable eu égard aux dernières déclarations de Marisol Touraine au Sénat, la ministre de la Santé ayant clairement affirmé sa préférence pour ce dispositif.

Dans cette logique, les industriels de l’agroalimentaire n’attendent pas grand chose. Même si certains d’entre eux travaillent encore avec les enseignes de la FCD à un dispositif alternatif, auquel l’UFC-Que Choisir ne semble pas hostile si l’on en croit un article paru hier dans le Journal du Dimanche.

Il est utile de préciser que le futur décret ne va pas imposer un système de représentation graphique mais autoriser un système graphique optionnel que les distributeurs et les industriels pourront utiliser ou non. Reste que la position unilatérale du Ministère de la Santé a échaudé les entreprises, qui pour beaucoup risquent de se montrer rétives à s’approprier un dispositif auxquelles elles n’ont pas contribué. La concertation aura commencé très tardivement, sans réelle prise en compte des propositions du secteur agroalimentaire, y compris sur la question d’une expérimentation. Au final, ce projet risque d’aboutir à un grand gâchis, alors que toutes les parties prenantes s’accordent à vouloir améliorer l’information nutritionnelle.

Dernier point, il faut souligner que le décret sera d’ordre interministériel. Ce qui peut encore changer la donne. Car il n’est pas acquis que Stéphane Le Foll y appose sa signature. Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire s’est toujours dit opposé à un tel système. De même que Matthias Fekl, secrétaire d’Etat en charge du Commerce extérieur, qui a le souci de ne pas stigmatiser les produits français à l’international.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois