Information nutritionnelle : les distributeurs défendent l’étiquetage des fréquences de consommation

16 mars 2015 - P.C.

Alors que la loi Santé devrait être discutée à la fin du mois à l’Assemblée Nationale, le débat sur les différents dispositifs d’affichage nutritionnel fait rage.

Aujourd’hui, les enseignes de grande distribution adhérentes à la FCD (Auchan, Carrefour, Casino, Cora, Monoprix, Franprix/Leader Price, Metro, Système U,…) ont présenté un système d’information nutritionnelle, fruit d’une adaptation du dispositif "Aquellefrequence" que Carrefour avait lancé en septembre (Lire ici) avant de suspendre sa mise en application pour le rendre plus collectif.

Le principe de cette nouvelle approche graphique : l’étiquetage des fréquences de consommation des aliments, une seule représentation graphique par produit et une méthode d’attribution des fréquences issu d’un comité scientifique pluridisciplinaire.

Apposé en face avant, le système s’appuie sur le code couleur suivant :

  • Violet : occasionnellement
  • Orange : 1 ou 2 fois par semaine
  • Bleu : plusieurs fois par semaine
  • Vert : tous les jours

Pour valider cette démarche, la FCD met en avant une enquête en ligne réalisée du 27/02/15 au 13/03/15 par le Credoc, auprès d’un panel de 1200 consommateurs. Cette étude démontre que 85 % des consommateurs interrogés déclarent qu’une approche graphique, fondée sur la fréquence de consommation des aliments, exprimée à la semaine est compréhensible et simple à utiliser au quotidien.

La FCD annonce sa volonté que le système soit déployé d’ici la fin de l’année. Un test en situation réelle sur plusieurs gammes MDD sera lancé dans les magasins prochainement. Une déclaration ambitieuse…

Rappelons les faits. Lors de la présentation des orientations de la loi de santé en juin 2014 (Lire ici), Marisol Touraine s’était déclarée « en faveur d’un outil permettant de rendre compréhensible une information, aujourd’hui trop complexe, sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires industriels ». Depuis, la ministre des Affaires Sociales et de la Santé n’a jusqu’à ce jour jamais précisé les modalités que pourrait adopter ce projet. Sachant qu’un tel étiquetage ne pourrait qu’être volontaire, et que pour être autorisé il devrait bénéficier d’un avis favorable de l’Anses, tel que le prévoit le règlement européen Inco.

Au sein du ministère, l’administration défend de son côté le dispositif proposé par Serge Hercberg (Lire ici ou vidéo ici).

De son côté, l'Ania a récemment listé les arguments clefs contre le "scoring" nutritionnel (Lire ici).

Process Alimentaire - Ateliers de l'Emballage

LES ATELIERS DE L'EMBALLAGE

Événement organisé par Process Alimentaire
Date: mardi 12 octobre 2021
Lieu : Roazhon Park de Rennes.
Le thème de cette 3e édition :
l'innovation au service du juste emballage

Inscription en ligne