Pour l’instant, le cannabidiol (CBD, extrait de chanvre) n’a pas fait démonstration de son innocuité sur la santé humaine. Crédit photo Adobe Chalermchai

Ingrédients

L’autorisation Novel Food du CBD attendra

8 juin 2022 - Amelie Dereuder

L’Efsa a décrété que les dossiers déposés par les industriels ne permettaient pas de statuer sur la sécurité du cannabidiol. Les évaluations sont donc suspendues pour l’instant.

L’attente de l’autorisation Novel Food du cannabidiol (CBD) sera-t-elle aussi longue que celles des insectes ? On peut raisonnablement se le demander. Début juin, l’Efsa a refroidi les ardeurs de de la vingtaine d’industriels qui avaient déposé des dossiers sur cet extrait de chanvre non psychoactif.

« Nous avons identifié plusieurs dangers potentiels liés à la consommation de CBD et nous avons établi que les nombreuses lacunes dans les données disponibles concernant ces effets sur la santé devraient être comblées avant que ces évaluations puissent se poursuivre. Il est important de souligner à ce stade que nous n'avons pas conclu que le CBD était dangereux en tant qu’aliment » , précise Dominique Turck, président du panel « Nouveaux aliments et les allergènes alimentaires ».

Des effets indésirables potentiels

D’après cet expert, il manque des données sur les effets du CBD sur le foie, le tractus gastro-intestinal, le système endocrinien, le système nerveux et le bien-être psychologique. Autre inquiétude, les études chez l’animal montrent certains effets indésirables importants, notamment en ce qui concerne la reproduction. Les scientifiques en charge de l’évaluation des dossiers veulent donc savoir si ces effets peuvent aussi être présents chez l'Homme.

« Il n'est pas inhabituel de suspendre l’évaluation d'un nouvel aliment lorsque des informations manquent. Il incombe aux candidats de combler les lacunes en matière de données. Nous les accompagnons afin d’expliquer les informations supplémentaires à fournir pour nous aider à répondre à ces incertitudes » , complète Ana Afonso, responsable de l'unité « Nutrition et innovation alimentaire » à l'Efsa. Une session d’information en ligne est d’ailleurs prévue le 28 juin.

Une fois que les experts auront reçu les informations manquantes, les évaluations reprendront leur cours et l’Efsa pourra statuer sur la sécurité de l’ingrédient alimentaire. En cas d’avis positif, le dossier passera alors dans les mains de la Commission européenne pour l’autorisation de mise sur le marché. Mais étant donné la longueur du processus, il est peu probable que cela se produise d’ici la fin de l’année...

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois