Ingrédients

Nutrition particulière : de nouvelles règles spécifiques

9 avril 2013 - Pierre Christen

Certaines catégories de produit conservent des règles spécifiques. Il s'agit des préparations pour nourrissons (1er âge) et de suite (2ème âge), des céréales et aliments pour bébé, des aliments destinés à des fins médicales spéciales et des substituts de la ration journalière destinés aux régimes de la perte de poids. © picsfive - Fotolia.com

En juin 2011, la Commission européenne avait proposé de supprimer purement et simplement les directives encadrant une série d’aliments de nutrition particulière, tels que les laits de croissance, les substituts de repas ou encore les aliments pour sportifs.

L’industrie de la nutrition spécialisée a ainsi manifesté sa satisfaction, quand, fin décembre 2012, le Conseil des Ministres européens a négocié avec le Parlement européen une position commune visant à maintenir des règles spécifiques pour les aliments destinés aux populations ayant des besoins nutritionnels particuliers. Un accord qui va trouver sa concrétisation, avec la parution d’un règlement cadre l’été prochain.

Dans le détail, la mise en œuvre du texte fait apparaître toutefois une réelle complexité. Pour se mieux se repérer, voici les trois cas de figure à distinguer :

1 Les produits conservant des réglementations spécifiques. Il s'agit des préparations pour nourrissons (1er âge) et de suite (2ème âge), des céréales et aliments pour bébé, des aliments destinés à des fins médicales spéciales et des substituts de la ration journalière destinés aux régimes de la perte de poids.

2 Les produits pour lesquels rien n’est tranché. Ce qui signifie que la Commission européenne s’en remet à un avis de l’Efsa avant de décider de leur statut juridique. Sont concernés les laits de croissance et les aliments pour sportifs.

3 Les produits transférés vers la législation générale des aliments courants, mais dotés de règles spécifiques. C'est le cas des aliments destinés aux intolérants au gluten et des substituts de repas.

Reste à trouver une solution juridique à une particularité nationale : les substituts partiels de repas qui relèvent de la catégorie des aliments pour régime amaigrissant. Les Français intègrent souvent la consommation d’aliments spécifiques dans un repas à plusieurs composantes…, à la différence des Anglo-saxons qui privilégient le repas-plat unique.

>>Retrouvez l’article complet dans le numéro d’avril de Process Alimentaire

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois