Ingrédients

Paulic Meunerie vise une croissance à deux chiffres pour 2021

19 avril 2021 - Amelie Dereuder

Malgré la crise, Paulic Meunerie poursuit son développement. Le producteur breton a réalisé un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros, en hausse de 3,9 % et parie sur une croissance à deux chiffres en 2021. En effet, le meunier compte sur la montée en puissance de son nouvel outil industriel opérationnel en 2021, qui devrait tripler ses capacités de production.

Il espère atteindre de belles performances cette année grâce au lancement officiel fin 2020 de Qualista, une farine exploitant le procédé breveté Oxygreen. Ce process nettoie le grain de blé en profondeur grâce à un flux d’ozone gazeux, ce qui réduit la charge en mycotoxines et en pesticides, améliore les propriétés techniques et prolonge la conservation des farines. Paulic Meunerie souhaite aussi faire valider une allégation nutritionnelle pour prouver que sa farine Qualista contient davantage de fibres solubles et possède un index glycémique plus bas que la normale. Cela lui permettrait d’accéder à de nouveaux marchés à très forte valeur ajoutée comme les produits diététiques, la nutrition sportive et senior.

Un focus sur l’entomoculture

D’ici quelques mois, la société compte aussi se déployer dans l’entomoculture, vouée à se développer en France quand les producteurs d’insectes auront reçu les autorisations Novel Food. « Le contexte est très favorable, c’est maintenant que nous devons accélérer en recrutant un directeur commercial dédié qui sera prêt à porter le développement des ventes du groupe sur ce marché », commente Jean Paulic, p-dg de Paulic Meunerie.

2021 sera aussi l’année de mise en place à l’échelle industrielle d’un réacteur Oxygreen de troisième génération, avec un an d’avance par rapport au projet initial. Il aura une capacité de production de 15 000 tonnes. Un second réacteur sera installé en 2022 ou 2023. Cet investissement a été rendu possible grâce à une subvention de 702 k€ accordé par le Ministère chargé de l’Industrie dans le cadre du plan de Relance.

 

Même si ces résultats sont encourageants, la prudence est de mise. Avec le Covid-19, l’entreprise cotée en bourse a pâti de nombreux surcoûts. Très axée sur la farine de sarrasin, elle a aussi subi des revers avec la fermeture des restaurants et crêperies. La hausse des investissements s’est aussi fait sentir. Au total, le résultat net est passé de - 57 000 euros en 2019 à – 509 000 euros en 2020.

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois