Procédés

Classification des carcasses : Uniporc choisit la vision

17 avril 2012 - Stéphanie Perraut

Avec l'Image Meater de CSB System, le classement est assuré par le traitement d' images prises au niveau de la zone lombaire des demi carcasses de porc. Des mesures supplémentaires permettent de déterminer la valeur commerciale de toutes les pièces nobles (jambon, épaule, poitrine et échine).

Depuis 2006, Process Alimentaire se fait l’écho de tests menés par Uniporc pour l’automatisation de la mesure du TMP (taux de muscles des quatre pièces). L’organisme indépendant, juge de paix entre éleveurs et abattoirs, s’était fixé pour objectif d’anticiper les futures règles sanitaires (interdiction de méthodes de mesures invasives telles que les aiguilles, limitation du contact des carcasses), tout en prévenant les problèmes de santé du personnel atteint de troubles musculo-squelettique. Par la même occasion, le nouveau matériel de mesure devait pouvoir fournir de nouvelles informations sur la carcasse.

L'unicité du classement dans tous les abattoirs

Trois matériels ont été expérimentés en abattoirs tests : l’Autofom de SFK, le VCS 2000 de E+V (commercialisé par Termet) et le CSB Image Meater de CSB System. L’enjeu majeur : la rémunération des éleveurs. « Notre problématique et notre principal objectif lors des tests étaient de garder l’unicité du classement dans tous les abattoirs. » confiait récemment Paul Pommeret, directeur d’Uniporc à notre confrère Porc Magazine. Avec notamment de bons résultats de répétabilité, c’est l’Image Meater qui a été choisi. « A l’heure actuelle, 6 abattoirs sont équipés de l’Image Meater, précise Fabrice Deutzer, responsable commercial de CSB System. Et d’ici la fin de l’année, 12 autres appareils seront installés ». Au total 18 abattoirs ,sur une trentaine suivie par Uniporc, seront donc dotés du nouveau système de classification. En 2013, 95 % des porcs devraient être mesurés avec le nouveau système. L’investissement par site se situe entre 115 et 130 k€. Mais pour Uniporc, l’automatisation entraîne une diminution des coûts d’exploitation. A terme, les éleveurs devraient par conséquent voir leur cotisation baisser.

Comment ça marche ?

Le CSB Image Meater est homologué au niveau européen depuis 2008. Il se base sur la vision pour classer automatiquement les carcasses de porcs. Il met en œuvre un logiciel, une acquisition vidéo des images des carcasses ainsi qu'un algorithme d’identification des structures et d’analyse des résultats de mesure. Les images sont prises au niveau de la zone lombaire des demi carcasses gauches de porc. Des mesures supplémentaires effectuées au niveau de la zone lombaire et de l’échine permettent de déterminer la valeur commerciale de toutes les pièces nobles (jambon, épaule, poitrine et échine). Les mesures peuvent être réalisées sur une surface de 15 cm de large. Mais les animaux ne sont pas tous identiques. Pour pallier aux imprécisions de lecture liées à l’hétérogénéité des carcasses, la photo est prise sur une largeur de 50 cm. Autre avantage, la compacité de l’installation limite les aménagements de lignes. L’Image Meater s’intègre avec peu ou pas de modification dans l’espace dédié au CGM (Capteur de Gras Maigre), l’ancien outil de détermination du TMP. "Chaque matin, le système est calibré et réglé à une précision de mesure au dixième de millimètre" précise F. Deutzer.

ELO Energies

ELO ENERGIES : 
PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE & DÉCARBONATION

● 6 webinaires animés par notre rédaction et par nos partenaires
● Posez vos questions auxquelles les intervenants répondront en direct
● Profitez d'un accès libre et gratuit sur simple inscription en ligne