Les sulfites sont ajoutés comme conservateurs et antioxydants aux fruits et légumes secs, produits à base de pommes de terre, à la bière au vin ou encore aux jus de fruits. (c) George Dolgikh - stock.adobe.com

Additifs / Contaminants

L’Efsa se penche sur la question des sulfites

20 janvier 2023 - Stéphanie PERRAUT

L'ingestion de sulfites par voie alimentaire peut poser un problème de sécurité pour les grands consommateurs. Des lacunes dans les données disponibles sur la toxicité empêchent la confirmation de l’ampleur de certains effets nocifs sur la santé.

Fin novembre 2022, les experts de l'EFSA ont publié une évaluation actualisée du dioxyde de soufre (E220) et des sulfites (E221-228). Ces molécules sont présentes à l'état naturel dans notre organisme ainsi que dans des aliments tels que les pommes, le riz, les oignons et les choux, ou encore dans des boissons telles que le vin. Les sulfites sont aussi ajoutés comme conservateurs et antioxydants aux fruits et légumes secs, produits à base de pommes de terre, à la bière au vin ou encore aux jus de fruits. Ils peuvent en outre être utilisés pour arrêter la fermentation pendant le processus de vinification.

Pas de dose journalière minimale mais des marges d’exposition

« Les données de toxicité disponibles étaient insuffisantes pour nous permettre de dériver une dose journalière admissible (DJA). Nous avons plutôt calculé des marges d'exposition (ME), en tenant compte des apports alimentaires et de la dose associée aux effets neurotoxiques dans les tests sur les animaux », précise Maged Younes, président du groupe scientifique sur les additifs alimentaires et les arômes de l'Efsa. « La DJA constitue le seuil en dessous duquel nous savons que l'apport quotidien est sans danger. Lorsqu'il existe des preuves d'effets nocifs, mais pas suffisamment pour que nous puissions confirmer quelle quantité est sûre, la ME nous indique si les apports actuels sont susceptibles d'être nocifs », explique-t-il.
La ME est un rapport entre la dose minimale estimée à laquelle un effet nocif est observé et le niveau d'exposition à une substance donnée. Dans le cas des sulfites, un rapport inférieur à 80 pourrait indiquer un problème de sécurité.

Un dépassement potentiellement des apports considérés sûrs 

 « Les ME que nous avons calculées étaient inférieures à 80 pour les grands consommateurs dans tous les groupes de population, à l'exception des adolescents. Cela signifie que les apports estimés pour ces consommateurs dépassent potentiellement ce qui serait considéré comme un apport sûr, jusqu'à 12,5 % pour les enfants (3-10 ans) et jusqu'à 60 % pour les adultes », confie Matthew Wright, président du groupe de travail de l'Efsa sur le dioxyde de soufre et les sulfites.
Le groupe scientifique a trouvé des preuves d'effets nocifs sur le système nerveux central, tels qu'une réponse retardée des cellules nerveuses aux stimuli, un signe précoce de dysfonctionnement du système nerveux.

En raison du manque de connaissances disponibles, les scientifiques ont également réitéré leur recommandation antérieure d'approfondir les recherches sur l'hypersensibilité ou l'intolérance chez certains consommateurs sensibles.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois