Qualité

Listeria : Jay & Joy rappelle massivement ses alternatives végétales aux fromages et foie gras

23 janvier 2023 - Stéphanie PERRAUT

Alertées par des cas graves de listériose, les autorités ont décidé le 16 janvier de suspendre la commercialisation des produits Jay & Joy. S’en suit une vague de rappels inédite pour des alternatives végétales.

Les autorités sanitaires ont été informées de la survenue en France de cinq cas graves de listériose, dont quatre chez des femmes enceintes ayant présenté des accouchements prématurés. Ces cinq personnes, infectées par la même souche de Listeria, ont signalé des symptômes entre avril et décembre 2022. 

Les investigations conduites conjointement par Santé publique France, le Centre National de Référence (CNR) Listeria, la Direction générale de l’Alimentation (DGAL), la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), et en coordination avec la Direction générale de la Santé (DGS), ont identifié que les cas signalés sur le territoire national avaient consommé dans les semaines précédant leur listériose des spécialités végétales (alternatives fromagères) au lait d’amande et de noix de cajou fabriquées et commercialisées sous la marque Jay & Joy.

Des irrégularités de maitrise du risque microbiologique

Ces investigations ont révélé des irrégularités de l’entreprise, notamment concernant la maitrise du risque de contamination microbiologique des produits fabriqués au sein de l’usine. Par conséquent, un arrêté préfectoral, visant à la suspension de commercialisation de tous les produits stockés et fabriqués dans l’usine a été pris le 16 janvier 2023.

La société Jay & Joy a procédé le 14 janvier 2023 au retrait-rappel de l’ensemble des produits fabriqués par la société. Le 23 janvier, ce rappel a été étendu (Joséphine, Jil, Jeanne, Jean-Jacques, Joie gras, Joy Prairie, Joy râpé, ParmiJoy, Joy Montagnard - nature, saveur fumée et 3 poivres-, Jeta fermenté, Jeanne 1 kg…).

Il est demandé aux personnes détenant ces références de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où elles les ont achetés. Les personnes qui auraient consommé des produits concernés par l’alerte et qui présenteraient dans un délai de 10 jours à 2 mois suivant la consommation du produit de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête et troubles digestifs (nausées, vomissements et diarrhées), sont invitées à consulter leur médecin en l’informant de cette consommation alimentaire à risque. Une attention particulière est aussi à porter aux femmes enceintes car la listériose peut provoquer un avortement, un accouchement prématuré ou une infection néonatale grave. Bien que la maladie reste relativement rare en France (300 à 400 cas de listériose invasive sont recensés par Santé publique France chaque année), il s’agit de la deuxième cause de mortalité d’origine alimentaire en France. 

La surveillance se poursuit

A ce stade, les mesures de surveillance épidémiologique et microbiologique mises en œuvre par Sante publique France et le CNR Listeria de l’Institut Pasteur se poursuivent.

Ce triste épisode rappelle que les produits végétaux ne sont pas exempts de risque Listeria. « Ces produits alimentaires requièrent la même analyse des dangers (HACCP) et la même rigueur dans l’application des mesures de maîtrise de ces dangers et probablement la même culture de la sécurité des aliments que leurs équivalents d’origine animale », rappelle Laurent Camberou , auditeur expert à l’Afnor. Et ceci, même si les produits à base de plantes ne sont pas soumis aux mêmes contraintes de surveillance et d’agrément sanitaires, par les services vétérinaires, que leurs homologues d’origine animale.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois