Investissements

France 2030 : deux appels à projets pour accélérer les transitions alimentaires

3 janvier 2022 - Stéphanie PERRAUT

L’Etat déploie 182 millions d’euros pour stimuler l’émergence de solutions concrètes au service de la compétitivité et de la souveraineté alimentaire. Un appel à projets vise le développement de la culture locale de légumineuses tandis qu’un appel à manifestations d’intérêt doit permettre la naissance de projets de grande ampleur en faveur d’une alimentation durable.

Dans le cadre du plan France 2030, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, annoncent avec Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, l’ouverture de trois nouveaux appels à projets développés pour accélérer le déploiement de nouvelles solutions innovantes au service de notre système alimentaire. Ouverts à hauteur de 207 millions d’euros dans le cadre du 4ème Programme d’investissements d’avenir (PIA4), ces trois nouveaux appels à projets visent à faire émerger des projets collectifs de recherche et les accompagner de leur réalisation jusqu’à leur déploiement. S’adressant aux acteurs des secteurs agricole et agroalimentaire (entreprises, exploitants, instituts techniques et de recherche, etc.) ainsi que des territoires, ces financements doivent permettre le déploiement de solutions concrètes et opérationnelles au service de la souveraineté alimentaire et de la compétitivité.

30 millions d’euros pour les légumineuses

Cet appel à projets vise le développement de surfaces agricoles dédiées pour les légumineuses en France. Dans la continuité de la Stratégie nationale pour les protéines végétales déployée par le plan France Relance, il a pour objectif de lever plusieurs verrous scientifiques et techniques dans les domaines de la production agricole, de la transformation alimentaire et de l’adoption des légumineuses par les consommateurs. Construits sur des partenariats public-privé, les projets doivent impliquer au moins un organisme de recherche et une entreprise, et s’étendre sur une durée de 3 à 6 ans.
La clôture de l’appel à projets interviendra le 28 avril 2022.
Son cahier des charges est disponible sur le site de l’Agence Nationale de la Recherche.

152 millions d’euros pour des « démonstrateurs territoriaux des transitions agricoles et alimentaires »

Avec un budget sur cinq ans, cet appel à manifestation d’intérêt doit permettre de faire émerger des projets territoriaux agissant pour une alimentation durable, performante et structurée entre les acteurs locaux.
Regroupant notamment des acteurs du secteur agricole et agroalimentaire sur un territoire donné, l’objectif est de déployer des projets d’innovations, tant technologiques qu’organisationnelles, en s’appuyant sur le numérique, la robotique, la génétique, le biocontrôle, les nouvelles sources de protéines végétales, la fermentation ou encore l’économie circulaire. Les démonstrateurs permettront, après une phase d’ingénierie approfondie, d’accompagner la mise en œuvre des expérimentations et innovations en conditions réelles.
Deux échéances de dépôt sont programmées : le 1er juin 2022 et le 2 décembre 2022
Le cahier des charges de l’appel à manifestation d’intérêt est consultable sur le site de la Banque des Territoires.

Doté de 25 millions d’euros sur deux ans, un troisième appel à projets vise à soutenir financièrement les acteurs de la robotique agricole mobile, des agroéquipements et des innovations technologiques liées aux équipements agricoles, dans la fabrication et les essais de leurs préséries sur des sites agricoles en conditions réelles.

Répondre aux besoins alimentaires de demain

Ces nouveaux appels à projets viennent s’ajouter aux appels à projets dédiés aux start-up de la Food Tech et de l’Agri Tech lancés en novembre 2021 dans le cadre du 4ème programme d’investissements d’avenir (PIA4). L’appel à projets « Répondre aux besoins alimentaires de demain » porte sur :

  • Le développement d’aliments plus sains, plus durables et répondant aux attentes des consommateurs, en termes de modes de consommation, de qualité nutritionnelle, de goût et de naturalité (notamment via la réduction ou la substitution des additifs et auxiliaires technologiques venant de la chimie pétrosourcée). Il s’agit en particulier d’adresser le marché des aliments issus de nouvelles sources de protéines (végétales, insectes, algues), pour la conservation desquels les techniques de fermentation ont un rôle crucial à jouer ;
  • La mise au point de process innovants mobilisant les nouvelles technologies (équipements, capteurs, robots, outils de pilotage et de contrôle en ligne, automatisation, cobotique, traçabilité) au service de la qualité et de la sécurité de l’alimentation, adaptés aux chaînes de production de l’industrie agroalimentaire et à la demande de flexibilité et de personnalisation de l’alimentation et limitant les impacts sur l’environnement (énergie, déchets, coproduits), pour réussir la transition numérique et gagner en compétitivité ;
  • Les problématiques d’alimentarité des emballages (aptitude au contact alimentaire), dans un contexte de forte évolution des exigences réglementaires (augmentation du recyclage, du réemploi et du vrac, réduction du plastique) et d’attentes croissantes de la part des consommateurs.
  • Les nouveaux outils destinés à guider les différents acteurs de la chaîne alimentaire vers des comportements plus vertueux et à améliorer la traçabilité et la transparence de l’information du consommateur, s’appuyant sur des systèmes d’information nutritionnelle avancée et sur de nouvelles méthodes d’évaluation de la durabilité des produits.

 

 

 

 

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois