Le gouvernement lance un nouveau plan "Abattoirs"

5 juillet 2021 - Stéphanie PERRAUT

La France est dotée d’un réseau de plus de 1000 abattoirs assurant un maillage territorial et des solutions de proximité. Pour les soutenir et les moderniser, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a lancé le 5 juillet 2021 un plan "Abattoirs" qui vise à renforcer les contrôles (et sanctionner le cas échéant), accompagner et investir massivement dans ces outils. « Il n’y a pas de viande locale sans abattoirs de proximité. Des appellations d’origine entières en dépendent. Je souhaite que des mesures concrètes et durables soient prises. C’est l’objet de ce plan d’actions », déclare-t-il. Le plan se décline en trois volets :

  1. Accompagner pour investir. Ce volet s’appuie sur le plan France Relance. L’objectif est de moderniser et d’améliorer les conditions de travail mais aussi de bien-être animal au sein des abattoirs. Dotée de 115 millions d’euros, cette mesure a d’ores et déjà permis de sélectionner 123 projets de modernisation sur l’ensemble du territoire. Parmi ces projets, 44 incluent des dispositifs de contrôle par vidéosurveillance. Il permet également de mettre en place le premier abattoir mobile de France. Les aides attribuées s’échelonnent de 3 000 euros à 2 millions d’euros, avec une moyenne de 500 000 euros.
  2.  Contrôler. En plus des contrôles existants, de nouveaux contrôles généralisés et coordonnés seront lancés dès septembre 2021 dans les abattoirs d’animaux de boucherie. Ils visent à contrôler un point particulier - par exemple l’acheminement des animaux - sur l’ensemble des abattoirs simultanément et de manière inopinée, avec relevé exhaustif des éventuelles non-conformités et mise en place de mesures correctives harmonisés. Un bilan et un suivi fin de ces mesures correctives sera assuré pour garantir leur mise en œuvre effective. Par ailleurs, une force d’inspection nationale en abattoirs, la « FINA », est créée. Six agents seront prêts à intervenir à n’importe quel moment et partout sur le territoire pour la gestion des cas les plus difficiles notamment à la demande des préfets ou de la DGAL. Cette première force d’inspection pourra être renforcée au regard du retour d’expérience.
  3. Sanctionner. Parce que les dérives de quelques-uns ne doivent jamais jeter l’opprobre sur toute une profession, le ministre adressera dès cette semaine un courrier à l’ensemble des préfets pour rappeler les principes de protection animale en abattoir et leur demander d’agir avec fermeté lorsque la situation l’impose. Depuis juillet 2020, l’activité a été suspendue pour six abattoirs. Quatre ont repris une activité après des mises en conformité et deux sont toujours fermés.

Ils bénéficient déjà du plan France Relance

 

  • Soutenu pour sa création, Le Bœuf Ethique (Côte d’Or) est le premier abattoir mobile de France, un dispositif innovant dont l'expérimentation est prévue par la loi EGAlim du 30 octobre 2018. L'aide octroyée, à hauteur de 581 000 euros, portera sur l'acquisition d'une unité d'abattage mobile de gros bovins et la formation des employés.
  • La modernisation de l’abattoir Tradival à Fleury-les-Aubrais (Centre-Val de Loire) sera soutenu à hauteur de 2 millions d’euros, pour un projet prévoyant plus de 10 millions d’euros d’investissement de réaménagement complet du site, en vue de l’amélioration de la protection animale, du développement des volumes de porc transformés et de la capacité d’exportation sur les marchés asiatiques.
  • L’abattoir de Meuzac (Haute-Vienne) joue un rôle important pour l’agriculture de proximité dans le Limousin en fournissant aux éleveurs locaux de volailles, une capacité d’abattage et de valorisation locale. Le soutien apporté par France Relance, de plus de 170 000 euros, soutiendra l’installation d’une nouvelle chaîne d’abattage automatisée pour améliorer la protection animale et les conditions de travail, tout en réduisant son empreinte environnementale. Ce projet permettra le maintien de 16 emplois et la création de trois emplois directs en trois ans.
  • L’abattoir Charollais Viandes (Saône et Loire) prévoit d’améliorer la protection animale grâce à un soutien de 15 000 euros portant notamment sur la mise en place d’un dispositif de contrôle vidéo et la formation de 20 personnes.
  • Le plan France Relance intervient à hauteur de 800 000 euros en soutien des investissements de l’abattoir public de Chambéry (Savoie) pour améliorer la protection animale, la sécurité sanitaire et les conditions de travail. Ce soutien est apporté en cohérence avec les besoins du territoire en matière de capacités d'abattage et de transformation, notamment au regard de la politique en faveur des circuits courts conduite par les collectivités.
  • Quintin Viandes (Côtes d’Armor) est un abattoir prestataire qui apporte un service de proximité aux agriculteurs pour l’abattage et la découpe de leurs animaux de boucherie. Son plan d’investissement, soutenu à hauteur de 211 000€ par le plan France Relance, permettra de moderniser l’outil d’abattage dans l’objectif d’améliorer la protection animale et les conditions de travail. Cet abattoir multi-espèces joue un rôle structurant pour les agriculteurs du territoire et le développement des circuits courts.
  • L’abattoir de volailles de Keranna, maillon de la stratégie de développement de la filière volaille de chair bretonne, sera soutenu à hauteur de 2 000 000€. Cet investissement important vise à augmenter la capacité de production et la compétitivité de l’outil permettant ainsi une reconquête du marché intérieur, dans le respect de ses responsabilités sociétales et du bien-être animal. 80 emplois seront créés.

 

Process Alimentaire - Abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois