Emploi

Observia décrypte les métiers de l’agroalimentaire

9 novembre 2009 - Rémi Pin

Jean-René Buisson, président de l'Ania : « Les entreprises doivent mener une politique sociale commune, et trouver un consensus entre les différents acteurs. » Crédit : Processalimentaire.com

Les industries agroalimentaires arriveront-elles un jour à se départir de leur mauvaise réputation ? L’image peu valorisante de leurs activités, souvent due à la méconnaissance des métiers, pèse lourd sur les recrutements. Observia, l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications des industries alimentaires, a décrypté lors d’une conférence à Paris le 4 octobre dernier les principales problématiques de l’emploi dans le secteur et les moyens d’action à mettre en place.

Des métiers méconnus

« En 2008, 10 000 emplois n’ont pas été pourvus, a rappelé Jean-René Buisson, président de l’Ania, lors de la conférence. Et il y a urgence à redresser la barre ». En 2010, le secteur devra recruter 17 000 personnes. Dans les cinq prochaines années, 10 à 12% des salariés devraient quitter les entreprises, soit un potentiel de 28 000 à 36 000 postes à pourvoir.
Mais la tâche sera ardue. Selon un sondage conduit par Observia, 70 % des jeunes de 13 à 18 ans ne souhaiteraient pas travailler dans les IAA et 90 % ne connaissent pas les métiers proposés. Pire, seuls 12 % d’entre eux choisiraient le secteur comme première expérience. C’est le plus mauvais score des industries après le bâtiment.
Pour Jean-René Buisson, les industries ne sont pas les seules responsables. « Jusqu’à présent, les pouvoirs publics ont peu considéré l’agroalimentaire comme une force industrielle française. Peu à peu, la situation est en train de changer ». La résistance des IAA à la crise n’est pas étrangère à ce revirement : -1,3% d’emploi au second trimestre 2009 dans le secteur contre une baisse 5% en moyenne pour les autres secteurs industriels.

Mener une politique commune

« Pour être efficaces, les entreprises doivent mener une politique sociale commune, et trouver un consensus entre les différents acteurs », conclut Jean-René Buisson. C’est là tout l’intérêt d’Observia, dont l’objectif principal est « d’assurer une veille sur l’emploi et produire des études sur les entreprises et les salariés de son périmètre », explique Jean-Pierre Geneslay, le président de l’observatoire.
Depuis sa création en 2005, Observia, organisme paritaire, regroupe 35 organisations professionnelles et 5 organisations syndicales, soit 8 500 entreprises et 280 000 salariés, sur un total de 412 500 salariés que compte le secteur agroalimentaire. Il est ouvert à toutes les fédérations ou branches des industries alimentaires. L’observatoire met en ligne sur son site www.observia-metiers.fr des études utiles à la profession : attractivité des métiers auprès des jeunes, cartographie des fonctions, analyse de l’évolution des métiers des IAA… Des outils qu’Observia souhaite valoriser pour promouvoir les métiers de l’agroalimentaire et les qualifications, et guider les branches professionnelles dans leurs réflexions en matière de formation. Deux études sur l’égalité homme-femme et la place des handicapés dans le secteur sortiront dans les prochains mois.

Rémunérations faibles

Ces outils suffiront-ils à enrayer les problématiques de recrutement en agroalimentaire ? Avant la conférence, la Fédération nationale agroalimentaire et forestière CGT (FNAF-CGT) a distribué un tract rappelant que ce colloque ne devait pas occulter les « faibles rémunérations » du secteur, de 15 à 20 % moins élevées que celles des autres industries. La fédération regrette également « l’abandon d’une véritable formation qualifiante et diplomante au profit de plans de formation adaptés aux gestions patronales ».

Process Alimentaire - Ateliers de l'Emballage

LES ATELIERS DE L'EMBALLAGE

Événement organisé par Process Alimentaire
Date: mardi 12 octobre 2021
Lieu : Roazhon Park de Rennes.
Le thème de cette 3e édition :
l'innovation au service du juste emballage

Inscription en ligne