Ingrédients

Ajinomoto lance AminoSweet

26 janvier 2010 - Pierre Christen

refreshing glass of cola with lemon and ice isolated

Lors du dernier salon Food Ingredients Europe, qui s’est tenu à Francfort en novembre de l’année dernière, Ajinomoto, le géant mondial de l’aspartame, a initié une campagne de marketing centrée sur le lancement de la marque AminoSweet. « Nous souhaitons rappeler aux consommateurs que l’aspartame provient d'acides aminés », a déclaré Nori Okita, président d’Ajinomoto Sweeteners Europe lors du rendez-vous mondial de la planète ingrédients. L' édulcorant intense est en effet un dipeptide composé de deux acides aminés, l'acide L-aspartique et la L-phénylalanine, le dernier sous forme d'ester méthylique. Une manière pour Ajinomoto de souligner positivement que ces constituants apparaissent largement dans l’alimentation humaine et de contre-carrer la tendance au clean-labeling, c’est à dire à l’éviction des additifs des formulations. Cette marque pourra être mise en avant sur les packagings des produits alimentaires en contenant.

Réponse aux polémiques

Cette démarche de ré-assurance est aussi une réponse aux polémiques qui ont entaché la réputation de l’aspartame. Bien que son innocuité ait été ré-affirmée par différentes agences sanitaires en Europe comme aux Etats-Unis, notamment dans un rapport de l’Afssa en date de 2002, des remises en cause de ces conclusions ont défrayé la chronique. C’est le cas des travaux de la Fondation européenne Ramazzini, située à Bologne. La méthodologie et les conclusions de cette étude ont été fermement dénoncées par l’Efsa et l’Afssa. L’agence européenne avait conclu dans un avis de mai 2006 « qu'il n’y a aucune raison pour réviser la DJA précédemment établie pour l'aspartame de 40 mg/kg de poids corporel ».

La nouvelle marque Aminosweet est aussi une manière de différencier l’aspartame d’Ajinomoto de la concurrence asiatique. L'ingrédient phare du groupe japonais est en effet élaboré dans la seule usine européenne de production, implantée à Gravelines en 1993.

La concurrence pourrait toutefois venir du néotame, récemment autorisé en Europe, et qui est un dérivé de l’aspartame produit par l’américain Nutrasweet, et distribué en Europe par Brenntag. En réponse à ce lancement, le géant japonais Ajinomoto a lui aussi breveté un édulcorant intense dérivé de l’aspartame. Son nom : Advantame. Il possède comme l'aspartame un pouvoir sucrant environ 200 fois plus élevé que celui du saccharose, avec toutefois un profil sucrant plus proche du saccharose et une stabilité au traitement thermique. Il fait pour l’instant l’objet de demandes d’autorisation de mise sur le marché.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois