Un collectif d’acteurs composé entre autres d’Etiquettable, d’Open Food Facts ainsi que des applis Yuka et Scan Up a lancé un indicateur pour évaluer l’impact environnemental des produits alimentaires. Crédit : Adobe Stock.

Qualité

Affichage environnemental : l’Eco-Score entre en scène

8 janvier 2021 - Marjolaine Cérou

Un collectif d’acteurs composé entre autres d’Etiquettable, d’Open Food Facts ainsi que des applis Yuka et Scan Up a lancé un indicateur pour évaluer l’impact environnemental des produits alimentaires. Détails.

Après le clean Label, le green Label ? Le nouvel outil lancé par le collectif formé par Etiquettable, Open Food Facts, les applis Yuka, Scan Up et Frigo Magic, ainsi que par l’épicerie bio en ligne La Fourche et les sites de restauration FoodChéri et Marmiton a pour objectif de sensibiliser et d’informer le consommateur sur l’empreinte environnementale des produits alimentaires. « Pour qu’ils puissent faire des choix éclairés. Il pourra aussi servir lors de la formulation des produits », affirme Shafik Asal, directeur d’Etiquettable-ECO2 Initiative.

En termes de méthodologie, cet indicateur s’appuie sur la base des données AgriBalyse, qui intègre depuis septembre 2500 produits alimentaires, et dont les données sont issues d’analyse de cycle de vie (ACV) à partir de 14 indicateurs. A ces données sont ajoutés des critères qualitatifs supplémentaires pour compenser les critères non pris en compte par la base de données, à l’instar du recyclage des emballages, des labels, de la biodiversité, du stockage du carbone dans les sols et des pays de provenance. « C’est une façon de compenser les limites de l’ACV et les impacts qui ne sont pas pris en compte par Agribalyse », justifie Shafik Asal. Ces critères sont ensuite additionnés au calcul du score final sous forme de « bonus ou malus » (de -15 à +20) pour arriver à une note sur 100. En termes de présentation, l’Eco-Score reprend les codes du Nutri-Score en donnant une note de A à E, du plus faible au plus fort impact (associée aux codes couleurs du vert au rouge comme son homologue nutritionnel). « Un chocolat labellisé RainForest Alliance se verra gratifier d’un bonus. C’est le cas également pour un label Bio, avec une échelle croissante selon les labels », déclare François Martin, co-fondateur de Yuka. Le raisonnement est similaire en fonction de la provenance d’un produit. « En cas d’indisponibilité de ces données, nous sommes quand même en mesure de calculer l’Eco-Score, mais sans prendre en compte les bonus et malus », poursuit-il. Ainsi, par exemple, une cuisse de poulet origine France aura, en plus du calcul de l’ACV, un bonus de 15 points pour l’approvisionnement local, un bonus de 4 points pour la politique environnementale mais un malus de 10 points pour un emballage barquette non recyclable.

Une initiative indépendante

Ce lancement intervient alors que la question de l’affichage environnemental est sous le feu des projecteurs. Plébiscité dans les 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat, mettre en place un affichage environnemental des produits alimentaires est également l’un des objectifs de la loi AGEC (Anti-gaspillage pour une économie circulaire). C’est aussi le but de l’expérimentation nationale sur l’affichage environnementale portée par l’Ademe et le Ministère de la transition écologique, lancée l’an dernier, pour une durée de 18 mois. Et dont l’initiative Eco-Score se veut indépendante. « Nous avons commencé à travailler sur ce sujet bien en amont de l’expérimentation nationale et nous allons continuer », indique Shafik Asal. Le collectif d’acteurs se dit également prêt à apporter sa pierre à l’édifice. « L’objectif de l’expérimentation est que différents acteurs testent différentes méthodes et qu’à partir de ce constat une recommandation gouvernementale soit formulée. Et bien évidemment l’objectif à terme est de converger », observe François Martin de Yuka.

En attendant, l’Eco-Score est depuis le 7 janvier disponible sur le site d’Open Food Facts. « Nous appelons les fabricants à nous transmettre les données », souligne Pierre Slamish. Il peut aussi être consulté sur les applis Scan Up et Yuka, ainsi que sur les produits à marque propre de l’épicerie bio en ligne La Fourche. D’autres acteurs se sont depuis joints à la démarche comme le spécialiste de la restauration collective Elior. « Nous sommes en discussions avec de grandes enseignes et des industriels », annonce Shafik Asal. A peine lancé, l’Eco-Score suscite déjà des réactions contrastées, en particulier dans la filière viande.

 

 

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois