De gauche à droite : Sylvain Leopold, directeur des opérations de Solina ; Marc-Olivier Bernard, dirigeant de la Brasserie de Bretagne et vice-président de l’ABEA ; Philippe Guillamo, responsable des services environnement et énergie de Agromousquetaires.

Environnement : l’ABEA favorise le partage de bonnes pratiques

3 novembre 2020 - Stéphanie PERRAUT

L’Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires a lancé fin octobre 2020 une commission Environnement qui mènera des réflexions avancées et des projets vertueux dans les domaines de l’eau, de l’énergie ou encore des déchets.

Une quinzaine d'entreprises se sont réunies le 21 octobre 2020 autour de Marc-Olivier Bernard (dirigeant de la Brasserie de Bretagne et vice-président de l’Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires en charge des sujets RSE et Environnement). L'objectif : le lancement de la commission Environnement de l’ABEA. Cette commission regroupe un large panel d’entreprises et de coopératives de toutes tailles : Les Ateliers du Goût, Agromousquetaires, Bridor, Cereco (Triballat), Le Gouessant, Cooperl, Eureden, Goûters Magiques, Marie Morin, Saveol, Sica Saint Pol, Société STB (Stalaven), Solina, Soréal Ilou. « Elle a vocation à faciliter les synergies entre les responsables environnement, à favoriser les échanges de bonnes pratiques tout en restant dans l’action concrète », commente son animatrice, Clothilde d’Argentré, chef de projets référente sur les sujets liés à l’environnement à l’ABEA.

Pour 2021, cinq sujets prioritaires ont été définis. Ils seront traités dans le cadre de groupes de travail thématiques, qui se réuniront une demi-journée, une fois tous les deux mois.

L’impact carbone. La décarbonation de l’industrie est un enjeu clé qui nécessite des réflexions poussées en matière de réduction et de compensation des consommations. « Les entreprises sont particulièrement préoccupées par la question de l’impact carbone de leur logistique », ajoute Clothilde d’Argentré.

L’eau. « A ce jour, le collectif « eau propre » est déjà au travail de façon très dynamique : il promeut le développement de la réutilisation des eaux usées traitées dans une démarche d’économie circulaire », explique Marie Kieffer, déléguée générale de l’ABEA. Les discussions se poursuivent au niveau national, ralenties par la situation sanitaire qui monopolise l’attention des ARS (Agences régionales de santé). Le groupe de travail n’exclut pas de se manifester au niveau européen pour réduire la distorsion entre la France et les États qui autorisent plus largement l’usage des eaux propres de process.

Les déchets. L’idée est de développer différentes stratégies de réduction des déchets, par le traitement des plastiques, la valorisation des co- et sous-produits et les initiatives d’anti-gaspillage au sens large.

La réglementation. Les projets environnementaux relèvent de plusieurs textes nationaux et européens dont l’interprétation et la diffusion peuvent être améliorées. C’est le cas pour les ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) et les procédures associées, pour les « Bref » (Documents de référence sur les meilleures techniques disponibles, émis par la Commission Européenne et disponibles en français sur le site de l’INRS) ou encore la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (dite loi Agec). « Le groupe de travail mènera aussi une réflexion sur les méthodes de veilles réglementaires », complète Clothilde d’Argentré.

Management environnemental. L’objectif de ce groupe sera de promouvoir la mise en place de systèmes de management de l’environnement, avec des méthodes éprouvées. L’idée est de mettre en place une organisation vertueuse sur le plan environnemental, sur des principes inspirés de la norme Iso 14 001 par exemple, mais sans forcément aller vers la certification.
Avec plus de 70 000 salariés, l’industrie agroalimentaire bretonne est le premier acteur économique dans la région. De nombreuses entreprises travaillent déjà depuis plusieurs années à réduire leur impact sur l’environnement. Ces démarches individuelles sont aujourd’hui renforcées grâce au collectif.

 

 

ELO Emballage - 09 & 10 décembre 2020

ELO EMBALLAGE

Participez aux 1ères rencontres
connectées de l'emballage

09 & 10 décembre 2020

● 7 webconférences thématiques
● Un espace d’exposition

Accès visiteur gratuit sur simple inscription