Florence Pradier, directrice générale de la Coopération Agricole (ex-Coop de France).

Vie des IAA

L’origine France face au Covid, la vision de la Coopération Agricole

5 octobre 2020 - Amelie Dereuder

Durant la pandémie de Covid-19, les coopératives françaises ont été en première ligne pour assurer l’approvisionnement des ménages. Les consommateurs ont alors apprécié et privilégié l’origine France. La tendance va-t-elle perdurer ? La parole à Florence Pradier, directrice générale de la Coopération Agricole (ex-Coop de France).

Comment évaluez-vous l'impact de la crise sur l'intérêt pour des produits alimentaires d'origine française ?

Florence Pradier : « Il y a trois facteurs qui ont favorisé l’origine France pendant la crise du Covid-19. L’export s’est arrêté et le marché s’est retrouvé bouleversé. Il fallait donc remplir les magasins pour éviter les ruptures et trouver des débouchés pour les productions promises à l’export. D’autre part, on a vu émerger des circuits courts et des solutions locales de système D mises en place par des agriculteurs. Enfin, les media ont beaucoup porté l’attention, et de façon positive, sur l’origine France. L’inquiétude de ne pas avoir à manger a donné un coup de projecteur sur toutes ces filières. Lors de la crise, les consommateurs ont vraiment pris conscience de l’importance de la souveraineté alimentaire et de la façon dont on souhaite s’alimenter. »

Les consommateurs ne vont-ils pas retourner à leurs habitudes d’achats au détriment de l’origine France ?

F.P. : « L’origine France n’est pas en péril, mais il faut beaucoup de volontarisme pour transformer l’essai. Nous sommes déjà revenus à un marché de compétition, avec des règles du jeu différentes entre la France et dans le reste du monde. Il y a encore de la pédagogie à faire pour que les consommateurs comprennent la différence entre les produits et que cela justifie quelques centimes de plus. Il faudrait donner plus d’écho à cette valeur invisible, c’est essentiel pour donner envie de consommer français. Si les consommateurs savaient, peut-être auraient-ils des arbitrages différents. »

A quel prix d'achat ?

F.P. : « C’est une bonne chose de faire du très haut de gamme, mais il faut aussi être capable d’être accessible à toute la population et de couvrir tous les besoins. La compétitivité et la productivité sont deux sujets sur lesquels nous travaillons au sein de la Coopération agricole. »

 

 Pour en savoir plus, retrouvez notre enquête d’octobre 2020 "Innovation. Le futur est dans le pré".

Ateliers de l'Emballage

LES ATELIERS DE L'EMBALLAGE

Une journée sur le thème :  la fin programmée des plastiques à usage unique - Enjeux, perspectives, solutions

2 modes de participation au choix : 

Journée en présentiel le 1er décembre à Rennes
Version distancielle : le replay vidéo de la journée + toutes les présentations au format PDF