Un an de crise. L’agroalimentaire s’en sort mieux

15 septembre 2009 - Virginie Guillerm

Les économistes datent le début de la crise économique mondiale au 14 septembre 2008, jour de la chute de la banque américaine Lehman. Un an après, Process Alimentaire fait le point de son impact sur l’industrie agroalimentaire française.

L’activité des industries agroalimentaires a diminué depuis le début de la crise. Déjà en baisse de 3,7 % au quatrième trimestre 2008, la production agroalimentaire a poursuivi son repli de – 2,6 % au premier trimestre 2009. Elle est pourtant moins impactée que les autres industries qui enregistre une baisse de la production globale de 18%.
Plusieurs explications sont avancées par les experts pour expliquer la diminution d’activité des industries agroalimentaires. La forte baisse de la demande étrangère pénalise l’activité des secteurs tournés vers l’extérieur comme les alcools, les champagnes, etc. Pour le secteur laitier, la baisse de la production est plutôt liée à la chute des cours mondiaux des produits industriels.

Baisse moins prononcée que dans les autres industries

Après un net ralentissement au quatrième trimestre 2008, le chiffre d’affaires des industries agroalimentaires a diminué de 8 % au premier trimestre 2009. En effet, le recul de la demande extérieure et la baisse des prix ont fortement pesé sur l’évolution du chiffre d’affaires des entreprises. Cette baisse est néanmoins moins prononcée que pour les autres industries manufacturières. Côté emploi, nous pouvons noter les mêmes tendances : -3,7% fin mars par rapport à mars 2008. C'est un repli moins important que dans les autres secteurs d'activité.

Le soutien de la consommation de ménages

Malgré des difficultés à l’export, les industries agroalimentaires françaises ont été soutenues par consommation hexagonale. Globalement stable sur l’ensemble de l’année 2008, la consommation des ménages ne serait réduite que de 0,6 % au premier trimestre 2009.
La baisse des prix a-t-elle aidé les Français à toujours consommer dans cette atmosphère morose ? C’est une explication. Car après une hausse de 2,6% des prix au quatrième trimestre 2008, les prix des produits alimentaires (tabac inclus) ont diminué de 4,3% au premier trimestre 2009. Cette baisse est en partie liée à l’entrée en application de certaines mesures de la Loi de modernisation de l’économie (LME) au 1er janvier 2009. Ces mesures ont en effet eu pour conséquence de faire apparaître dans les écritures comptables une baisse des prix de vente à la grande distribution en compensation de la disparition des marges arrière.

Par ailleurs la baisse des cours des matières premières amorcée en juillet 2008 a poursuivi ses effets. Par exemple, en intégrant la chute des cours des matières premières, céréales et graines oléagineuses, les prix des aliments pour animaux ont fortement diminué (– 12 % au premier trimestre 2009 après – 4,1 % au quatrième trimestre 2008). De même, le prix du travail des grains et des produits amylacés recule de 11 %. Au premier trimestre 2009, la baisse des cours s’amplifie pour les produits laitiers industriels. Les prix des produits de grande consommation s’orientent également à la baisse. La baisse des prix est tout de même moins importante pour les produits alimentaires que pour les autres produits manufacturés.

Vous retrouverez dans le magazine papier du mois de septembre (n° 1262) le décryptage de la filière lait avec une étude sur la dé-consommation et des solutions techniques pour innover et améliorer la productivité.
Dans le numéro d’octobre, l’analyse du secteur agroalimentaire sera davantage détaillée notamment à l’export et par filière dans la rubrique profession.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois