Emballages

Polystyrène : entre recyclage et substitution, quelles options ?

30 mars 2021 - Karine Ermenier

Alors que plusieurs marques et enseignes annoncent leur sortie du polystyrène et du polystyrène expansé, les fabricants d’emballages et les professionnels des produits laitiers avancent à grande vitesse sur le recyclage et l’intégration de matière recyclée.

Ces deux derniers mois, les actualités relatives au polystyrène (PS) et au polystyrène expansé (PSE) dans les emballages se sont enchaînées. Danone a annoncé investir 6 millions d'euros pour remplacer sur ses lignes de Bailleul (59) le PS par du PET, Auchan a commencé à remplacer ses barquettes de viande et de poisson conditionnées sur place par des barquettes compostables à domicile fabriquées à partir de co-produits de canne à sucre. Mi-mars, la Scapmarée, coopérative d’achat des produits de la mer du Mouvement E.Leclerc, a dévoilé les résultats de la première édition de son Challenge emballages écoresponsables. Lequel a récompensé sept solutions d’emballages réutilisables ou recyclables venant se substituer aux caisses marées et autres barquettes du rayon en polystyrène expansé. À horizon 2022, la coopérative a l’ambition de supprimer « l’équivalent du volume d’un Arc de Triomphe et demi de polystyrène par an en utilisant des emballages réutilisables et recyclables. Avec ces nouvelles solutions, 250 tonnes de polystyrène, soit 3,2 millions de caisses seront écartées de la filière marée E.Leclerc », a déclaré l’enseigne. Outre ces sept lauréats, d’autres fournisseurs ont depuis communiqué sur de nouvelles solutions permettant de remplacer le polystyrène expansé, dans les caisses ou pour les calages de transport par exemple : Smurfit Kappa, Knauf ou encore Magical Mushroom qui, à l’image d’Embelium en France, développe un emballage composite à base de mycélium.

 

Substituts Polystyrène

  • La société Magical Mushroom Company (MMC) vient d’annoncer le lancement de la production à grande échelle de son emballage biodégradable dérivé de champignons, une alternative sans plastique destinée à se décomposer dans un compost domestique ou un parterre de fleurs. Ce nouvel emballage offre les mêmes performances – à coût comparable – que le polystyrène traditionnel, et est déjà utilisé dans plusieurs applications comme les bouteilles de gin sans alcool Seedlip de la marque Diageo. Cet emballage repose sur le composite de mycélium, une technologie développée et brevetée par l’entreprise américaine Ecovative Design. Le procédé utilise les déchets post-transformation issus de produits agricoles (chanvre, houblon, maïs et bois de construction) et les associe à du mycélium, l’appareil végétatif du champignon. Cette matière vivante est ensuite façonnée à l’aide de moules 3D en fonction de l’emballage souhaité.

    La société Magical Mushroom Company (MMC) vient d’annoncer le lancement de la production à grande échelle de son emballage biodégradable dérivé de champignons, une alternative sans plastique destinée à se décomposer dans un compost domestique ou un parterre de fleurs. Ce nouvel emballage offre les mêmes performances – à coût comparable – que le polystyrène traditionnel, et est déjà utilisé dans plusieurs applications comme les bouteilles de gin sans alcool Seedlip de la marque Diageo. Cet emballage repose sur le composite de mycélium, une technologie développée et brevetée par l’entreprise américaine Ecovative Design. Le procédé utilise les déchets post-transformation issus de produits agricoles (chanvre, houblon, maïs et bois de construction) et les associe à du mycélium, l’appareil végétatif du champignon. Cette matière vivante est ensuite façonnée à l’aide de moules 3D en fonction de l’emballage souhaité.

  • Smurfit Kappa lance la solution 3MD, à base de papier, afin de permettre au groupe SEB de substituer le polystyrène dans ses calages. Le spécialiste de l’électro-ménager s’est donné pour mission de remplacer progressivement le PSE (polystyrène expansé) de la totalité de ses emballages à destination des consommateurs d’ici 2023. Cette alternative recyclable combine le carton ondulé et le nid d’abeille, s’adapte à la forme du produit, le protège des chocs et est majoritairement constituée de papiers recyclés.

    Smurfit Kappa lance la solution 3MD, à base de papier, afin de permettre au groupe SEB de substituer le polystyrène dans ses calages. Le spécialiste de l’électro-ménager s’est donné pour mission de remplacer progressivement le PSE (polystyrène expansé) de la totalité de ses emballages à destination des consommateurs d’ici 2023. Cette alternative recyclable combine le carton ondulé et le nid d’abeille, s’adapte à la forme du produit, le protège des chocs et est majoritairement constituée de papiers recyclés.

  • Celoops de Knauf est une nouvelle mousse alvéolaire, issue jusqu’à 100 % de déchets plastiques recyclés, qui offre les mêmes caractéristiques techniques que le polystyrène expansé (PSE). Cette matière est recyclable dans les points de collecte et poubelles jaunes, ainsi que dans la boucle Knauf Circular, sa filière interne qui garantit le recyclage des déchets de PSE et leur valorisation en de nouveaux produits. En mars 2020, Knauf Industries avait déjà lancé la première matière circulaire de la gamme, Neops.

    Celoops de Knauf est une nouvelle mousse alvéolaire, issue jusqu’à 100 % de déchets plastiques recyclés, qui offre les mêmes caractéristiques techniques que le polystyrène expansé (PSE). Cette matière est recyclable dans les points de collecte et poubelles jaunes, ainsi que dans la boucle Knauf Circular, sa filière interne qui garantit le recyclage des déchets de PSE et leur valorisation en de nouveaux produits. En mars 2020, Knauf Industries avait déjà lancé la première matière circulaire de la gamme, Neops.

 

71 % des pots de yaourt en plastique sont en polystyrène

Dans le même temps, la défense du PS et du PSE s’organise à travers diverses initiatives visant à son recyclage et à l’intégration de matière recyclée. Cette semaine, Trinseo et BASF ont annoncé leur intention de développer leurs activités en produisant du styrène à partir d'une matière première circulaire. Tandis que les fabricants de produits laitiers frais poursuivent leurs actions en faveur de la création d'une filière de recyclage du polystyrène en France, sachant que 71 % des pots de yaourt en plastique (soit l’équivalent de 65 000 tonnes) sont encore en PS. « Nous alertons sur la fausse bonne idée qui consisterait à condamner précipitamment le PS au profit d'autres résines. Sur le plan environnemental, une telle décision ferait basculer le marché vers des résines qui ne disposent pas de filières opérationnelles de recyclage en boucle fermée en France. Alors que quelques mois supplémentaires nous permettrons de finaliser les essais en cours pour valider le passage à l'échelle industrielle du recyclage du PS », précise Muriel Casé, déléguée générale de Syndifrais, syndicat des fabricants de produits laitiers frais. Les professionnels du yaourt mettent en avant la légèreté du PS et le risque, de facto, de développer des substituts qui soient plus lourds.

"Une filière de recyclage avant fin 2021"

La filière se mobilise donc pour le recyclage et le retour à l’alimentarité du PS recyclé à travers deux projets : Recyqualipso, en cours de finalisation, et les travaux lancés par Citeo dans le cadre du consortium PS25 réunissant les entreprises des secteurs des produits laitiers frais, de la volaille, de la viande, des desserts frais (compotes). Travaux qui leur permettent d’envisager sereinement l'émergence d'une filière industrielle de recyclage du PS en France avant fin 2021. « Les pots en polystyrène pourront, à partir de 2023, prendre le chemin d'une filière de recyclage et non plus celui de l'incinération ou de l'enfouissement », avancent-ils.

« Depuis le lancement du consortium PS25, plusieurs enseignements ont émergé, poursuit Muriel Casé. Ils ont permis d’identifier notamment l’étape de préparation comme un élément important dans le process de recyclage pour obtenir une pureté de 95 % à 99 % de la matière avant d’entrer chez les recycleurs. » Citeo a lancé en novembre 2020 un appel à manifestation d’intérêt pour y répondre. Plusieurs candidatures ont été reçues. A l’issue de la première phase de sélection, les entreprises vont être invitées à intégrer le consortium pour travailler avec les équipes. « Toutes ces informations vont nous aider dans les choix technologiques à privilégier pour le recyclage du PS, mécanique ou chimique. A ce jour nous n’écartons aucune solution », indique-t-elle.

 

Les enseignements du projet Recyqualipso Dans le cadre de l’extension des consignes de tri à l’ensemble des emballages plastiques ménagers, de nouveaux emballages sont collectés, triés et recyclés. C’est le cas des pots et barquettes en polystyrène (PS) avec un volume de mise en marché français d’environ 105 000 tonnes. Ces emballages sont aujourd’hui principalement recyclés en cintres, pots de fleur et pièces injectées pour des applications variées. Les débouchés restent cependant limités, alors que les quantités de PS à recycler augmentent rapidement. Les objectifs du projet Recyqualipso, porté par Syndifrais (assisté d’Amalur) et Valorplast, et réalisé en partenariat avec des industriels représentant l’ensemble de la chaine de valeur du PS, sont doubles : identifier des nouveaux débouchés à haute valeur ajoutée pour le PS recyclé (rPS), par le biais de filière de recyclage par « dissolution » ou mécanique. Et accompagner les régénérateurs dans l’amélioration des paillettes de rPS en définissant les investissements nécessaires qui permettront de satisfaire les exigences de ses nouvelles applications et débouchés. De plus, l’amélioration de la qualité des paillettes de rPS devra permettre d’atteindre les caractéristiques du cahier des charges des différents process de recyclage chimique. Enfin le projet a également pour but de bâtir les prérequis pour obtenir du rPS apte au contact alimentaire, mesurer les impacts environnementaux des solutions préconisées et donner des pistes d’écoconception des emballages de PLF pour améliorer leur recyclabilité. La synthèse complète est disponible ci-dessous.
Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois