La Conférence internationale sur la nutrition pointe la malnutrition et le surpoids

Du 19 au 21 novembre se tenait à Rome la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) co-organisée par la FAO et l'OMS. Il s'agit d'une rencontre intergouvernementale sur la nutrition, dont la précédente avait eu lieu en ...1992. En préambule de cet événement le 17 novembre, José Graziano da Silva, le directeur général de la FAO, a fait observer que plus de la moitié des habitants de la planète étaient affectés par une forme de malnutrition, et que le monde avait d'ores et déjà les compétences et les connaissances requises pour surmonter le problème. «La croissance économique, l'expansion de la production vivrière et la mondialisation de la filière alimentaire ne débouchent pas automatiquement sur une amélioration de la nutrition», a-t-il regretté.

Pour accompagner cette rencontre internationale, deux documents ont été publiés : la Déclaration de Rome sur la nutrition (document d’engagement politique) élaborée conjointement par les organisations de la société civile
et le Cadre d’action stratégique (c'est-à-dire le guide technique pour la mise en œuvre) sous forme de 60 recommandations, auquel ont participé 200 gouvernements.

La démarche intègre également la lutte contre l'excès pondéral. Voici les cinq mesures clefs sur ce point:

  • Encourager la réduction progressive des matières grasses saturées, du sucre, du sel/sodium et des acides gras trans dans les aliments et les boissons afin d'en éviter un apport excessive, et améliorer la teneur en nutriments, le cas échéant.
  • Fournir des conseils en matière d'alimentation aux femmes enceintes pour favoriser une prise de poids saine et une nutrition adéquate.
  • Améliorer l'état nutritionnel et la croissance de l'enfant, notamment en s'attaquant au problème de l'exposition de la mère à l'offre commerciale d'aliments d'appoint facilement accessibles et en améliorant les programmes d'alimentation d'appoint à l'intention des nourrissons et des enfants en bas âge.
  • Réglementer la commercialisation des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées destinés aux enfants conformément aux recommandations de l'OMS.
  • Créer un environnement porteur qui encourage l'activité physique pour lutter contre la sédentarité dès les premiers stades de la vie

Les gouvernements sont encouragés à fixer des objectifs en matière de nutrition, ainsi que des objectifs d'étape, qui soient cohérents avec le calendrier de mise en œuvre de 2016-2025.

Retrouvez également l'infographie sur la déclaration de Rome sur le site internet de la FAO.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois