Dix-huit mois après le lancement officiel du Pacte sur les Dates de Consommation, Too Good To Go publie le premier rapport d’impact du projet. Au bilan, 3 000 gammes de produits sensibilisent aujourd’hui le consommateur sur les Dates de Durabilité Minimale (DDM).

Premier rapport sur l’impact du Pacte sur les dates de consommation

22 novembre 2021 - Maria Guillon

Dix-huit mois après le lancement officiel du Pacte sur les Dates de Consommation, Too Good To Go publie le premier rapport d’impact du projet. Au bilan, 3 000 gammes de produits sensibilisent aujourd’hui le consommateur sur les Dates de Durabilité Minimale (DDM).

La date de durabilité minimale (DDM) a remplacé la date limite d’utilisation optimale (DLUO) depuis la mise en application du règlement (UE) n°1169/2011 concernant l’information du consommateur sur les denrées alimentaires au 13 décembre 2014. A peine plus de la moitié des Français* (55%) savaient ce qu’était la DDM en 2015. Ils sont 82% aujourd’hui. Mieux, 42% ont changé leur comportement : ils consomment à temps les produits sous DLC et ne jettent plus systématiquement les DDM dépassées.

Une initiative a largement participé à cette sensibilisation : le Pacte sur les dates de consommation, lancé par l’application Too Good To Go en janvier 2020. Impliquée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire depuis 2016, téléchargée par plus de 10,5 millions de Français, celle-ci a déjà sauvé 31 millions de repas depuis son lancement, grâce à un réseau de 24 000 commerçants partenaires. Dix-huit mois après le lancement officiel du Pacte, Too Good To Go publie le premier rapport d’impact du projet.

Signé par 62 entreprises

 « Souvent mal comprises, les dates de consommation sont responsables de 20% du gaspillage alimentaire chez le consommateur, souligne Too Good To Go. C’est pour impliquer les acteurs de la filière alimentaire que nous avons initié et co-construit avec une quinzaine d’acteurs le Pacte sur les Dates de Consommation ». Signé par 62 entreprises qui ont promis de respecter les 10 engagements visant à réduire le gaspillage alimentaire dû aux dates de consommation, le Pacte peut se targuer d’avoir des impacts tangibles. 3 000 gammes de produits sensibilisent le consommateur sur les Dates de Durabilité Minimale (DDM) avec des pictogrammes “Observez, sentez, goûtez” pour l’inciter à utiliser ses sens avant de consommer plutôt que de jeter systématiquement. Autre impact : plus de 600 rayons anti-gaspi ont été déployés dans neuf enseignes, pour vendre des produits à DDM proche ou dépassée. Une marque a même décidé de remplacer les DLC par des DDM pour les produits qui ne sont pas hautement périssables et peuvent encore se consommer après la date : les Yaourts Bio Brassés des 2 Vaches sont passés en DDM depuis le mois de novembre 2021.

Les produits ne sont pas les seuls vecteurs de communication : 40 sites internet proposent une sensibilisation complète sur les DLC/DDM. Neuf partenaires signataires ont également effectué un travail en interne et développé des webinaires. 600 employés ont ainsi été sensibilisés chez Delpeyrat, Groupe Mom, Laïta, Les 2 Vaches, Lesieur, Michel & Augustin, Paysans Breton, Terre d’Oc, Yabon.

De la collaboration et du lien

“À travers le Pacte sur les Dates de Consommation, Too Good To Go crée de la collaboration et du lien, entre les acteurs privés, les pouvoirs publics et les consommateurs pour atteindre des objectifs inédits en termes de pédagogie, de sensibilisation et de changement de pratiques autour des dates de consommation », souligne Lucie Basch, co-fondatrice de Too Good To Go. L’application a ainsi rejoint le comité de pilotage de Plateforme Associations dans le but de construire une cartographie libre d’accès qui recense tous les acteurs anti-gaspi du territoire : associations d’aide alimentaire, start-ups, entreprises de valorisation, destockeurs... Un groupe de travail regroupant industriels et distributeurs a également été créé autour de la logistique pour diminuer le gaspillage alimentaire qui lui est lié. Dix-sept organisations y participent : des fédérations (INPF, La Coopération Agricole, Syndifrais, Adepale, FCD), des transformateurs (Danone, General Mills, Nestlé, Cémoi, Alsace Lait, Les Maîtres Laitiers, Eurial), quatre distributeurs (Carrefour, Casino, Intermarché, La Grande Epicerie) et une entreprise spécialiste du zéro déchet (Comerso).  

La suite en 2022

La feuille de route du Pacte sur les Dates de Consommation prévoit en 2022 un renforcement des engagements déjà lancés et un travail sur les deux engagements restants. L’engagement 9 est d’assurer la cohérence dans la date de consommation d’une même référence produit pour harmoniser les durées de vie, lorsque des différences significatives existent entre la France, les pays tiers, les clients. L’engagement 7 poussera les signataires à mener des réflexions sur l’intégration des dates de consommation dans les outils de codification, notamment avec l’organisme de standardisation GS1. L’objectif est de permettre aux industriels et distributeurs de mieux tracer les produits et d’améliorer la gestion des stocks. Les consommateurs pourront également obtenir toutes les informations liées à la date en scannant simplement le code barre du produit : quel type de date, quelle méthode de conservation...

Plus de détails sur le rapport du Pacte sur les Dates de Consommation à trouver en ligne.

 

*Source : «flash eurobarometer 425 : Foodwaste and date marking»

ELO Energies

ELO ENERGIES : 
PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE & DÉCARBONATION

● 6 webinaires animés par notre rédaction et par nos partenaires
● Posez vos questions auxquelles les intervenants répondront en direct
● Profitez d'un accès libre et gratuit sur simple inscription en ligne