A la une

Guillaume Garot : « Nous sommes à un moment de vérité avec la grande distribution »

19 mars 2013 - François Morel

Guillaume Garot, ministre délégué à l'agroalimentaire, a pris la parole lors du salon CFIA. Crédits : ©Monsieur Media

Venu inaugurer le salon CFIA à Rennes le 13 mars, Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l'agroalimentaire, s'est soumis, avant son allocution, au jeu des questions- réponses de la presse. Cet échange a tourné autour de trois questions stratégique :

Innovation. Quels sont les facteurs clés de la compétitivité pour les industries agroalimentaires françaises ?

Guillaume Garot a insisté sur l'innovation, portée par les entreprises ou par les pôles de compétitivité. Le ministre la considère comme un moteur de croissance et un atout considérable dans la compétitivité des entreprises agroalimentaires françaises. « On constate, dit-il, que les entreprises qui innovent sont celles qui sont performantes économiquement et qui créent des emplois. »

Cette innovation, « dont on trouve au CFIA de très beaux exemples », doit être à la fois technique et sociale. Concrètement, ce sont toutes les solutions qui permettent des économies sur l’énergie et la consommation d'eau… Une des voies intéressantes à suivre pour le ministre est la conjugaison des gains de productivité avec le bien -être au travail. « La robotique dès lors quelle est associée à l'ergonomie, en particulier contre les troubles musculo-squelettiques, est un facteur de compétitivité et de mieux être social dans l'entreprise ».

Exportations. Quels moyens mettre en place pour aider les entreprises à mieux exporter ?

L'export est une priorité pour les industries agroalimentaires, parce qu'il existe aujourd'hui des marchés émergents, en forte croissance. « En particulier en Asie, destination pour laquelle nous avons installé avec Nicole Bricq, un Comité Asie constitué de professionnels, des services de l'Etat et des services publics. Dans le but d'apporter aux entreprises une véritable « boîte à outils » leur permettant d'être mieux présentes sur ces nouveaux marchés. Mais une des règles pour exporter, a souligné le ministre, est de s'adapter aux attentes des consommateurs dans ces pays-là. Un contre exemple récent montre que, faute d'adapter ses recettes au goût des Allemands, une entreprise française a perdu une présence dans 500 supermarchés allemands. A l'inverse, lorsque les entreprises s'adaptent, comme c'est le cas pour le foie gras, elles connaissent le succès. Exemple au Japon pour lequel le foie gras a été travaillé au goût japonais, en ajoutant un agrume qui donne une certaine saveur.

Négociations commerciales. La capacité d'investissement des PME de l'agroalimentaire est aujourd'hui bridée en raison de l’étau, qui se resserre entre l’augmentation du prix des matières premières et la pression de la grande distribution. Quelles perspectives va ouvrir le projet de loi pour imposer des renégociations commerciales à partir d’un certain seuil de variation de prix ?

« L'enjeu aujourd'hui des entreprises agroalimentaires est de retrouver des marges. Cela vaut autant pour les producteurs que pour les transformateurs. Car nous sortons effectivement d'une séquence de négociations commerciales qui a été très rude. C'est pourquoi le gouvernement travaille à un nouvel équilibre au sein de la filière. Pour que chacun puisse vivre de son travail, pour que nos entreprises puissent dégager des marges pour investir, innover et exporter précisément. C'est un impératif. Si nous n'y parvenons pas, nous allons fragiliser l'ensemble de la filière agricole et agroalimentaire. Nous sommes là à un moment de vérité avec la grande distribution. Le premier Ministre a clairement posé les bases de cette exigence là, au moment du salon de l'agriculture. Ce qui entraînera nécessairement un débouché sur le plan législatif. Nous travaillons avec l'ensemble des acteurs sur ce point. Un nouvel arrêté est prévu à partir de l'adaptation de la loi de modernisation de l’économie (LME).

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois