La consommation de charcuterie a progressé de 1,2 % en 2013

2 juin 2014 - K.E.

Selon les données de l’Institut du Porc (Ifip), la consommation de viande de porc a très légèrement reculé en 2013 : - 0,2 %. Cette quasi stabilisation provient d’un équilibre entre la progression de la consommation de charcuterie (+ 1,2 % et même + 2,6 % pour la charcuterie à la coupe) d’une part et le léger repli des achats de jambon cuit, de saucisses à pâte fine, de saucissons secs et de porc frais dont la consommation a été pénalisée par les rôtis. Le jambon sec et le boudin ont connu les baisses les plus conséquentes tandis que les produits élaborés frais, eux, ont affiché une bonne tenue, notamment les produits marinés (+ 14 %).

« Le rayon coupe a retrouvé du dynamisme sur la plupart des produits grâce aux actions menées par les distributeurs et la progression des circuits spécialisés », analyse l’Ifip.

Dans le détail, la consommation de porc frais a progressé chez les urbains des petites villes (20 à 100 000 habitants), les ménages de trois personnes et les mono-foyers selon Kantar Worldpanel. Moins nombreux à acheter qu’en 2012 (- 5%), les jeunes célibataires ont nettement augmenté leur niveau d’achat (+11%).

Process Alimentaire - Abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois