Umiami s'installe dans l'ancienne usine Knorr de Duppigheim (67), fermée depuis octobre 2021.

Alternatives végétales : Umiami passe à l’échelle industrielle

2 décembre 2022 - Stéphanie PERRAUT

Spécialisée dans les alternatives végétales à la viande et au poisson, la start-up s’installe en Alsace. Sur un ancien site Knorr (Unilever) à Duppigheim (67), elle investit pour produire à grande échelle des analogues de filets.

Deux ans après sa création, Umiami passe à l’échelle industrielle. Après avoir annoncé en avril dernier une levée de 26,5 millions d’euros et en juin l’ouverture de son centre R&D et pilote industriel en Ile-de-France, la start-up met le cap à l’Est pour installer sa première installation de production industrielle à Duppigheim, près de Strasbourg (67). Elle a racheté un ancien site Unilever, fermé depuis octobre 2021, composé d’un bâtiment de 30 000 m² sur un terrain de 3,7 hectares. La fermeture de cette usine de soupes en octobre 2021 s’était soldée par le licenciement de 261 personnes. Une poignée d’entre eux est en cours de recrutement par Umiami. L’entreprise prévoie de créer 65 emplois dès 2023 et vise 200 emplois qualifiés à terme. « Umiami investira la moitié du bâti, l’autre moitié doit être acquise par le groupe alsacien KS Construction qui n’a pas souhaité, à ce stade, évoquer la nature de son projet », complètent nos confrères des Dernières Nouvelles d’Alsace.

Opérationnelle au second semestre 2023, l’usine produira 7 500 t/an par ligne pour atteindre à terme 22 000 t/an d’alternatives végétales à la viande et au poisson. Ce sont au total quatre lignes qui sont envisagées sur le site, dont une dédiée à la recherche et au développement.

Un positionnement stratégique

Le choix de l’Alsace se justifie par son positionnement stratégique au cœur de l’Europe, premier marché d’Umiami, la proximité de ses principales sources d’approvisionnement en matières premières ainsi que le savoir-faire et la culture industrielle de la région. En optant pour l’ancien site industriel de la marque « Knorr », les dirigeants d’Umiami ont aussi pris le parti de valoriser certains équipements existants et d’avoir ainsi un impact environnemental plus vertueux qu’une construction d’usine ex-nihilo. 
« Toutes les collectivités territoriales nous ont accueilli avec un professionnalisme et un enthousiasme hors du commun, soulignant l’union sacré de tous les bords politiques pour favoriser le dynamisme économique et industriel local », souligne Tristan Maurel, fondateur et directeur général.

L’Adira (Agence de développement d’Alsace) s’est fortement impliquée dans le projet. Un lien de confiance s’est rapidement créé entre l’agence et les dirigeants d’Umiami pour identifier des bâtiments adéquats et les accompagner de manière concrète dans leur projet d’implantation. « Avec cette installation, le territoire s’enrichit d’un acteur économique d’avenir, créateur d’emplois et producteur de valeur, qui ose bouger les lignes en investissant les nouvelles tendances de notre société », se réjouit Jean Rottner, président de la Région Grand Est qui s’est personnellement engagé sur ce dossier. La Région accompagner le financement à hauteur de 3 millions d’euros, de manière à pérenniser les activités de la jeune entreprise sur son territoire.
Grâce à l’appel à projets « Première Usine » du plan France 2030, Umiami bénéficiera d’une aide de 7,4 millions d’euros octroyée par l’Etat.

 

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois